Des Ailes aux Nuages

* * * * *Effacer le mouton, garder les nuages, ceux qui font rêver, voyager, imaginer, c'est ainsi qu'est naît Des Ailes aux Nuages. Au fil du temps, le grand cahier se remplit pour ne jamais oublier, peut-être m'aimerez-vous comme je vous aime* * * * *

mercredi 9 septembre 2015

Un virage

Capture d’écran 2015-09-09 à 01

des projets plein la tête,

Si tout se passe bien, atterrissage prévu début Janvier, et installation début Juillet...

ob_174c8e_palette-peintre-gif


* * * Sans vous oublier, bises, Aile * * *

Posté par A i l e à 01:39 - Douce Touraine - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 27 novembre 2013

Vins sur Caramy - Var (83)

Capture d’écran 2013-10-25 à 13

Vins sur Caramy est une commune française située entre Carcès et Brignoles en Provence Verte.

En 1542 : Le Château de Vins est édifié sur les ruines d'un édifice gothique, par la famille provençale Garde qui en fait sa résidence principale.

Le Village et son Château sur leur éperon rocheux dominent la vallée du Caramy.

Abandonné et ruiné pendant plusieurs dizaines d'années, le Château est racheté par des propriétaires privés, il est possible de le visiter, d'organiser des réceptions, d'y trouver des chambres d'hôtes, des expositions, une Académie d'été de musique et même des concerts. 

Capture d’écran 2013-10-25 à 13

 - Le Pont romain -

Capture d’écran 2013-10-25 à 13
Capture d’écran 2013-10-25 à 13

Les + :  Promenade rafraîchissante, un itinéraire en sous-bois est proposé au bout du pont,

              J'ai repéré de belles truites sous le pont ;0)

Les - :   Aucun


Le Site officiel du Château c'est >>> ici <<<<


 

Capture d’écran 2013-04-17 à 18

***** Bises à vous, Aile ***** 

Posté par A i l e à 06:03 - Châteaux d'ailleurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 21 octobre 2013

Le Château d'Entrecasteaux - Var (83)

Capture d’écran 2013-10-10 à 09

Le Château d'Entrecasteaux est l'un des plus importants monuments historiques du Var.

Il représente 7 siècles d'histoire...

L'ancienne forteresse du XIème siècle a été remplacée par le Château actuel au cours des XV XVIe et XVIIIe siècles, elle surplombe la vallée de la Bresque.

Capture d’écran 2013-10-10 à 09

Capture d’écran 2013-10-10 à 09

Capture d’écran 2013-10-10 à 09

- Le jardin public à la française attribué à Le Nôtre -

*

Les grands personnages qui vécurent au château d'Entrecasteaux sont : 

Capture d’écran 2013-10-10 à 09

- François Adhémar de Monteil  (1632-1714) -

*

- François Adhémar de Monteil, Comte de Grignan, Baron d'Entrecasteaux, gendre de Madame de Sévigné,

- Raymond de Bruni, Trésorier Général de France,

Capture d’écran 2013-10-10 à 11

- Jean Baptiste d'Entrecasteaux (1761-1785) -

*

- Jean Baptiste, Marquis d'Entrecasteaux, né en 1761, Président du Parlement de Provence tristement célébre pour avoir sauvagement assassiné sa femme Angélique Pulcherie de Castellane Saint-Yves à l'aide d'un rasoir en mai 1784, faisant croire à un suicide puis à un vol qui aurait mal tourné - (L'homme amoureux d'une autre femme, Angélique de Pazéry Thorame épouse du Capitaine Mayol de Saint-Simon, aurait tenté plusieurs fois de se débarasser de son épouse : Il aurait provoqué sa chute en répandant des noyaux de cerises dans l'escalier alors qu'elle attendait un enfant elle s'en serait sortie avec une fracture, puis aurait tenté de l'empoisonner à deux reprises) - Grâce aux révélations des domestiques cet odieux personnage fut reconnu coupable, sa fuite au Portugal confirma le peu de doutes qui existaient encore à son endroit, il y fut incarcéré en 1785 et y mourut atteint d'une fièvre maligne à l'âge de 27 ans.

Capture d’écran 2013-10-10 à 10

- Antoine Bruny d'Entrecastaux (1737-1793) -

Navigateur français

*

- L'Amiral Antoine Reymond Joseph Bruny dit "Le Chevalier d'Entrecasteaux" né au Château en 1737, fut une des gloires de la Marine Royale, envoyé en mission de secours par Louis XVI à la recherche de La Pérouse disparu depuis trois ans dans le Pacifique sud. Il appareilla de Brest en septembre 1791, mourut du scorbut et de dysenterie le 20 Juillet 1793, sans mener à bien ses recherches, mais riche d'observations et de découvertes géographiques et scientifiques.

Après plusieurs décennies d'abandon, le Château pillé intégralement de son contenu à l'exception de ses cheminées fut restauré à partir de 1974 par le Peintre britannique Hugh Ian Macgarvie-Munn qui, jusqu'à son décès en 1981, le transforma en partie en musée.

Son propriétaire actuel, Alain Gayral, a amélioré les collections du Château tout en effectuant des restaurations minutieuses.

Capture d’écran 2013-10-10 à 09

- Vue du point culminant du village -

*

Les - :   Nous sommes tombés sur porte close, en effet les visites au mois de Juillet sont à 16 heures, dommage nous aurions beaucoup aimé rencontrer son courageux propriétaire qui s'occupe de tout et admirer ses collections.

Les + :    Le parc est public et bien entretenu,

              Jolie promenade à faire dans les hauteurs de la ville.


 *** Bises Aile ***

Posté par A i l e à 07:14 - Châteaux d'ailleurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 6 octobre 2013

Cotignac - Var (83) - Partie 2/2

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-04 à 07

Au cœur de la Provence Verte, à mi chemin des Gorges du Verdon et de la Méditerranée à 100 km d'Aix en Provence, Cotignac se dresse au pied d'un spectaculaire rocher de tuf de 80 mètres de haut et qui s'étale sur 400 mètres de long où le soleil anime les ombres de ses énormes stalactites.

Pourquoi cette forme si particulière avec des stalactites ?

Sous l'ère quaternaire, une chute d'eau provenant de la rivière La Cassole s'y déversait, à partir du XIème siècle la rivière a été détournée plus à l'est pour se jeter dans l'Argens, puis le village a été construit à la base de cette chute.

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Les deux tours carrées dites "sarrazines" ou "de guet" au sommet du ro­cher sous lequel s'abrite le village, appartiennent aux premiers siè­cles de la féodalité, elles ne possèdent pas d'entrée, il se dit qu'elles auraient été reliées entre-elles par un réseau de souterrains taillés dans le roc.

Dès l'an 1032, le Château de Cotignac existait et appartenait à Boniface de Castellane.

La seigneurie de Cotignac passa plus tard dans le domaine des Comtes de Provence. 

L'un d'eux, Raymond Bérenger V l'inféoda à Guillaume de Rhéza dit "Le Grand", Lieutenant Général des Armées de Guillaume IV, par une charte du mois de janvier 1232 en échange de services rendus.

Sa fille unique Mathilde de Rhéza épousa Fouques de Pontevès le 27 Novembre 1240, qui devint  Seigneur de Cotignac, de Carcès, de Bargême etc. 

Cotignac passa ensuite par mariage dans les maisons de Simiane, de la Tour d'Auvergne, de Rohan-Soubise, et enfin de Condé en 1833.

Au XIVème siècle, le Château fut abandonné au profit d'une résidence située sur les hauteurs du rocher.

Capture d’écran 2013-10-03 à 23

- Une des jolies boutiques -

Capture d’écran 2013-10-03 à 23

Capture d’écran 2013-10-03 à 23

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

- Photo bizarre j'en conviens mais il y avait des travaux -

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-03 à 23

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-03 à 23

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

 

La fondation de Cotignac est très ancienne, le premier village aurait été construit au sommet du roc à l'époque féodale, puis afin de se protéger il serait venu se nicher à la base du rocher ; En effet le Roc permettait le repli de sa population, de ses animaux et des denrées lors des invasions, plusieurs vestiges attestent que la roche a été habitée. Quant à la rivière, elle faisait tourner les moulins à farine.

En 1314, le village a vu s'installer l'hospice de la charité.

Capture d’écran 2013-10-03 à 22

Capture d’écran 2013-10-03 à 22

Capture d’écran 2013-10-03 à 22

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-03 à 22

- La jolie vue sur le village depuis la petite fenêtre troglodyte -

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

A la fin du XIXème siècle, le rocher servit de carrière pour la construction du village actuel, en 1897 une usine hydroélectrique lui fournissait de l'électricité.

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

Capture d’écran 2013-10-03 à 13

- Les anciens pressoirs à huile d'olive du Moulin Piquet,

le dernier à avoir fonctionné sur la commune -

*

C'est au XVIème siècle que la culture de l'olivier s'est développée à Cotignac : 2 moulins à huile sont déjà mentionnés pour cette période, 5 à la fin du XVIIIème siècle et 14 à la fin du XIXème siècle. Ils utilisaient la force motrice de rivière "la Cassole" et des autres cours d'eau du village. Le "Piquet" était un droit de mouture que l'on devait payer au Seigneur pour pouvoir moudre son blé. Ce terme a pu être conservé en raison de la présence de deux moulins à blé dans le même quartier. Lorsqu'en 1925 le seigneur céda le moulin à huile à la communauté, il se réserva le droit de mouture d'olives pour lui et ses hommes de confiance. Les olives étaient déposées dans des grands paniers de forme aronde (des scourtins) qui étaient superposés et écrasés ensuite par le mécanisme. L'huile vierge était récoltée dans une rigole puis des bassins situés de chaque côté.

(D'après la plaquette sur place).

 

Capture d’écran 2013-10-04 à 13

*

Cotignac doit son importance économique à sa production d'huile d'olive, et historique à un vœu d'Anne d'Autriche et au pèlerinage que fit Louis XIV (encore chaque année des pèlerinages le 15 août et 8 septembre), en 1660 à la Chapelle de Notre Dame de Grâces, située sur le Mont Verdaille, non loin des remparts de cette petite ville (voir partie 1/2 ici).

(Avec l'aide de Wikipédia et du Site de la commune).


 Les + : Village dans son ensemble est magnifique,

               La restauration sur la place est très agréable sous les platanes,

               Le chemin d'accès jusqu'au roc est superbe,

               (passage sur le côté de la mairie, ou sous la tour de l'horloge),

               Un jardin luxuriant  bien entrenu ! 

Les -  :    Pas facile pour trouver un emplacement de parking,

               Chapeau et bonnes chaussures pour aller au roc vivement conseillés.

Attention : Pour ceux sujets au vertige, il n'est pas conseillé d'aller se promener dans la galerie du roc (accès payant), ce qui n'empêche d'aller jusqu'à l'entrée et bénéficier d'un point de vue charmant.


 Divers : 

Capture d’écran 2013-10-04 à 11

C'est à Cotignac que le Chanteur Joe Dassin s'est marié en 14 janvier 1978 avec Christine Delvaux.

Je vous laisse avec une musique que je dédie à l'Ami Patriarch :

 

- Joe Dassin, Salut -


 *** Bises Aile ***

Posté par A i l e à 07:16 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 10 décembre 2012

A la nuit tombée, le Château de Brézé - Maine et Loire (49) ...

Capture d’écran 2012-12-10 à 08

La Château de Brézé est situé dans le Département du Maine et Loire (49), à une dizaine de kilomètres au sud de Saumur.

*

1063 : Un premier Château est mentionné à Brézé,

1302 : Catherine, petite fille de Geoffroy de Brézé, hérite des terres de Brézé,

1318 : Sa fille Jeanne apporte ces mêmes terres en dot, à son époux Péan de Maillé, le Château reste dans la famille du 14 au 17ème Siècle,

1448 : Gilles de Maillé-Brézé, obtient l'autorisation du Roi René d'Anjou de fortifier le Château, pour la première fois de profonds fossés sont creusés (10/12m),

ruesdaix

- Le Roi René d'Anjou -

(1409 - 1480)

1560 : Arthus de Maillé-Brézé donne un style renaissance au Château, et fait creuser plus profondément les fossés (18m),

1565 : Charles IX et Catherine de Médicis y sont reçus,

1615 : Le Marquis Urbain de Maillé-Brézé s'allie à la Famille du Cardinal de Richelieu dont il épouse la soeur Nicole du Plessis,

250px-Urbain_de_Maillé,_marquis_de_Brézé

Urbain de Maillé

(1597 - 1650)

1650 : Le Château passe aux mains de la Famille de Condé suite au mariage de Claire-Clémence de Maillé-Brézé et Louis II de Bourbon, Prince de Condé,

Capture d’écran 2012-12-10 à 11

Claire-Clémence de Maillé-Brézé

(1628 - 1694)

chateau-de-breze-1699

1682 : Le Prince de Condé échange le Château de Brézé contre un Château en Bretagne, Thomas de Dreux en devient propriétaire et prend à son tour le titre de Marquis de Brézé,

1810 : La Famille de Dreux-Brézé exilée pendant la révolution, revient au domaine,

1820 : Le logis principal est prolongé pour Henri-Evrard de Dreux-Brézé et son épouse Adélaïde de Custine,

1838 : On y trouve du style néo-gothique à Brézé grâce à Pierre-Luc-Charles Ciceri, Décorateur de Théâtres Parisiens.

 

220px-Pierre-Luc-Charles_Ciceri,_d'après_une_photographie_de_Nadar

- Pierre-Luc-Charles Ciceri -

(1782 - 1868)

1850 : Grandes restaurations et agrandissements du Château dirigés René Hodé, Architecte Angevin,

1939/1945 : Le Château est occupé par les troupes allemandes,

1959 : Mariage de Charlotte de Dreux-Brézé avec Bernard de Colbert, le Château passe aux mains de la Famille de Colbert,

1979 : Le Château est classé au titre des Monuments Historiques,

1998 : Ouverture au public,

2000 : Des souterrains sont à leur tour ouverts au public,

2006 : Toujours propriété de la Famille de Colbert, le Château reçoit une cure d'embellissement.


Un Château particulièrement étonnant en raison du site troglodytique qu'il abrite dans ses fondations et ses fossés, on y trouve notamment une boulangerie, une écurie, une magnanerie...

Capture d’écran 2012-12-10 à 11


Vous pouvez retrouver le Site Officiel dont je me suis inspirée (voir détail des souterrains) >> ici <<


 

Capture d’écran 2012-12-10 à 07

Les photos ont été prises pour la plupart à la tombée de la nuit,

pour parcourir les souterrains où était organisé un très beau Marché de Noël !

Capture d’écran 2012-12-10 à 11

(Photos extérieures uniquement... Prises avec mon Iphone elles ont été retouchées après tant bien que mal)

Capture d’écran 2012-12-10 à 08

- Le Pigeonnier seigneurial du XVème -

Capture d’écran 2012-12-10 à 08

Capture d’écran 2012-12-10 à 07

Capture d’écran 2012-12-10 à 07

Capture d’écran 2012-12-10 à 08

Capture d’écran 2012-12-10 à 08

Capture d’écran 2012-12-10 à 07

- à 15 mètres de haut, les restes de l'ancien pont-levis -

Capture d’écran 2012-12-10 à 07

Capture d’écran 2012-12-10 à 07

Capture d’écran 2012-12-10 à 09

 


* * * Bises Aile * * *

renne de Noël

Posté par A i l e à 09:30 - Châteaux d'ailleurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 16 octobre 2012

Le Barroux - Vaucluse (84)

Le village du Barroux perché offre un magnifique panorama sur la plaine du Comtat, les Monts de Vaucluse, les Dentelles de Montmirail et bien sûr le Ventoux. Le Barroux est connu pour son Château qui se tient comme un nid d'aigle accroché tout en haut du village.

Capture d’écran 2012-10-15 à 03

(Photo aérienne empruntée sur le site Survol de France)

A l'origine au XIème siècle, le Château est un puissant donjon ceinturé de murailles, qui appartient aux seigneurs des Baux, il protége la plaine Comtadine contre les invasions sarrasines et italiennes, puis jusqu'au XVème siècle  il passe dans les mains de multiples familles nobles.

Vers 1680-1690, sous l'impulsion Vauban, la cour est délimitée par des fortifications plus récentes pour lui compléter ses systèmes de défense.

Au XVI, la forteresse est transformée par Henri de Rovigliasc, Comte de Veynes, en une des plus belles demeures Renaissance de la région.

Abîmé à la révolution, vendu puis abandonné au XIXème il n'est plus que ruines et sert de carrière de pierres pendant 150 ans...

En 1929 et jusqu'en 1939, un riche industriel, Monsieur Vayson de Pradennes entreprend sa reconstruction, il meurt accidentellement.

Ses efforts sont anéantis lors un incendie en 1944 qui dure dix jours, allumé par les troupes allemandes en représaille d'un assassinat d'un des leurs par les résistants.

Le Docteur Mouliérac-Lamoureux, médecin mililtaire, entame d'énormes travaux de restauration en 1960.

1977-1978, le Château est utilisé pour le cinéma.

Depuis 1993, une Association épaulée par la Famille Vayson de Pradenne (qui en est toujours propriétaire), poursuit la restauration, afin d'ouvrir le Château à la visite, et de le proposer comme cadre lors des diverses manifestions culturelles estivales.

On peut y voir des éléments médiévaux et une chapelle ornée de peintures murales du XVIIIe siècle, classées monuments historiques (nous n'avons pas visité),

Voir le site officiel du Château c'est >> ici <<

Capture d’écran 2012-10-15 à 03

 

Capture d’écran 2012-10-15 à 03


 

                                                      libellule

* * * A bientôt, Aile * * *

Posté par A i l e à 07:04 - Châteaux d'ailleurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 10 septembre 2012

Le Crestet - Vaucluse (84)

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

C'est sous la chaleur torride du mois d'Août que nous avons passé nos vacances dans le Vaucluse ;

Levés avec le soleil pour excursionner, de retour en milieu d'après-midi pour siester au bord de la piscine, le bonheur...


Une montée au charmant village "Le Crestet" situé à 5 kms au sud de Vaison la Romaine :

Capture d’écran 2012-09-10 à 09

Ce village médiéval, fortifié et bâti sur une crête rocheuse est dominé par les ruines d'un des plus vieux châteaux du Comtat (IXème siècle), les Evêques de Vaison vinrent s'y réfugier après avoir été chassés du Château de Vaison la Romaine par Raymond VI Comte de Toulouse. En 1189 ce dernier s'emparera également du Château de Crestet.


Capture d’écran 2012-09-10 à 07

- L'intérieur de la petite Chapelle de l'Annonciade (1545), à l'entrée du village -


Le Crestet a tout pour séduire. Les voitures sont à laisser à l'entrée du village, car visitable essentiellement à pieds, il est recommandé d'être plutôt bien chaussés et ne pas faire comme moi avec mes éternelles tongs (rire).

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

- Le Lavoir aux eaux turquoise -

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

 

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

- La Fontaine date de 1843 -

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

- L'Eglise St Sauveur et St Sixte du XI ème siècle -

Capture d’écran 2012-09-10 à 07

Capture d’écran 2012-09-10 à 09

- L'entrée du Château -


Il s'agit d'une propriété privée, en regardant sur la toile j'étais bien loin d'imaginer l'intérieur et sa piscine...

chateau-du-crestet-pool2

- Photos empruntées au site de William Montgomery -

chateau-du-crestet-salon1

Vous souhaitez jeter un oeil ? C'est par >>> ici <<<


 

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

- Vue panoramique (et magique) de la place du Château

sur la plaine de l'Ouvèze, du Mont Ventoux, des Dentelles de Montmirail -

Capture d’écran 2012-09-10 à 08

 


Bises à toutes et tous,

à Bientôt,

* * * Aile * * *

 

u3ykm6yg

 

Posté par A i l e à 09:24 - Châteaux d'ailleurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 1 août 2012

Vendôme - Loir et Cher (41) - Partie 2/2

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

Cette porte est la seule encore en place parmi les quatre qui contrôlaient l'accès dans la ville.
En 1467, le Comte Jean VIII la concède à perpétuité aux échevins qui décident d'y tenir leur assemblée.
Elle est ornée d'un décor de médaillons au XVIe siècle.

Les réunions du Conseil Municipal et les mariages s'y déroulent de nouveau depuis sa restauration en 1959 suite à l'incendie lié au bombardement de 1940.

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

- "Le Cavalier tombé" oeuvre de Louis Leygue de 1945,

agrandie et fondue en 1985 exposée devant l’Hôtel de Ville de Vendôme -

L'hôtel de ville

A l'origine il s'agissait d'un ancien Collège dirigé par les Oratoriens (congrégation religieuse établie en France au XVIIe siècle), fondé en 1623 par le Duc César de Vendôme, il le restera malgré les troubles de la Révolution française.

De 1635 à 1779, briques et pierres sont assemblées selon l'esthétique polychrome de l'architecture classique française.

Puis cet édifice change plusieurs fois de nom et de fonctions :

- Lycée en 1848, il prend le nom de Lycée Ronsard en 1930 (Il sera déplacé au Nord de la ville en 1974 à cause de sa vétusté, voir photos plus bas).

- Hôtel de ville en 1982.


 

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

- Hôtel du Bellay aujourd'hui du Saillant -

Honoré de Balzac fut élève pensionnaire de 1807 à 1813, au Collège de Vendôme. La tradition veut qu'il effectue ses punitions, enfermé dans un cachot ou petit placard qui était en fait une sorte de réduit sous l'escalier de l'ancien hôtel particulier de la famille du Bellay devenue demeure des Directeurs du Collège (XVe S), rebaptisée Hôtel du Saillant, aujourd'hui on y trouve l'Office de Tourisme.

"Nous fûmes, Louis et moi, si accablés de pensums que nous n'avons pas eu six jours de liberté durant nos deux années d'amitié. Sans les livres que nous tirions de la bibliothèque, et qui entretenaient la vie de notre cerveau, ce système d'exigence nous eut menés à un abrutissement complet" - Honoré de Balzac - "Louis Lambert"

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

- Le Loir, s'écoule doucement au pied de l'Hôtel -

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

- L'arbre à insectes auxiliaires du jardin installé dans le parc -

(Coccinelles, Guêpes solitaires, Perces oreilles, Carabes,

Osmies, Xylophages, Chrisopes, Abeilles solitaires)

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

- L'Eglise Ste Marie-Madeleine -

Fondée en Juin 1474 par Jean VIII, Comte de Vendôme aidé par les dons des Vendômois. Plusieurs Confréries comme celles de St Fiacre (Patron des jardiniers) et de St Vincent (Patron des vignerons) sont rattachées à cette église et illustrent cet attachement des Vendômois à leur paroisse créée en 1487. Un ancrage qui se manifeste aussi, lors de la vente en 1792 de l'église comme bien national, puisque les habitants rachètent alors l'édifice. Le culte n'y est établi qu'après le Concordat de 1802.

La flèche en pierre de l'église est de style gothique flamboyant VIème Siècle.

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

Capture d’écran 2012-07-26 à 10

- Le vitrail du XVI derrière l'autel -

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

- L'intérieur a été restauré et embelli au XIXème Siècle -

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

- La Bibliothèque -

construite en 1866-1868, par l'Architecte Edouard Marganne, elle abritait également le Musée et la Société d'Archéologie. En Juin 1940 elle sert également d'Hôtel de ville suite au bombardement de la Porte St Georges. En 1982,  l'Hôtel de ville est transféré dans l'ancien Collège Ronsard.

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

- La Tour St Martin -

Il s'agit de l'ancien clocher d'une église du XV-XVIe Siècles, transformée en 1791 en halle aux grains. Au XIXe des boucheries sont aménagées dans le bas-côté nord. Un plancher est installé à mi hauteur pour accueillir l'atelier des militaires du quartier Rochambeau, lorsque le plancher est supprimé en 1854, la voûte s'effondre, suite à quoi l'église est démolie en 1857, subsiste son clocher transformé en beffroi.

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

- La Statue du Maréchal Rochambeau -

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

- Une des maisons à pans de bois -

Le pan de bois est un mode de construction très courant à l'époque médiévale et encore utilisé aux XVIIIe et XIXe siècles par souci d'économie. A cette époque, l'illusion d'une façade en pierre est rendue à l'aide d'enduits travaillés, destinés également à lutter contre la propagation du feu. Sous certaines façades derrière l'enduit se cache souvent une structure de bois.

Datée du XVe Siècle, la maison Saint-Martin est entièrement construite en poteaux de bois reposant sur des sablières (poutres horizontales). Les briques, ou sur d'autres maisons le torchis, sont là pour combler les espaces, tandis que des pièces de bois obliques (en écharpe) renforcent la stabilité de l'édifice.

Cette maison à encorbellements abrite sans doute dès l'origine une boutique en rez-de-chaussée. Quatre consoles sculptées représentent : St Martin, St Jacques, St Jean-Baptiste, St Louis.

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

- ici la représentation de St Louis -

Capture d’écran 2012-07-26 à 16

Capture d’écran 2012-07-26 à 16

Capture d’écran 2012-07-26 à 16

- Le Lycée Ronsard -

Capture d’écran 2012-07-26 à 16

Capture d’écran 2012-07-26 à 16


 

Capture d’écran 2012-07-26 à 14

- En ville, vue sur le Château -


 

Capture d’écran 2012-07-26 à 17

- Du Château, vue sur la ville -

Capture d’écran 2012-07-26 à 16

Capture d’écran 2012-07-26 à 17

Le premier point fortifié au XIe Siècle est un donjon quadrangulaire situé à la pointe nord-ouest du promontoire rocheux (à l’extérieur du parc actuel, dans une propriété privée appelée La Capitainerie).

Capture d’écran 2012-07-28 à 19

- Le lustre d'antan du Château de Vendôme -

L’enceinte médiévale, dont les murs sont encore en partie visibles, date du XIIe Siècle. La tour de Poitiers, tour maîtresse, domine toujours par sa taille cet ancien dispositif, renforcé au XIVe Siècle.

Délaissé par les Ducs de Vendôme, le Château est rattaché à la couronne en 1712 mais n’en obtient pas plus d’attention.

En 1791, la ruine du Château est confirmée par sa vente à divers propriétaires.

Capture d’écran 2012-07-26 à 16

Le cèdre majestueux (à gauche sur la photo ci-dessus), planté en 1807, témoigne de son renouveau en tant que parc d’agrément. En mars 2001, l’effondrement d’une tour et d’une partie du mur d’enceinte explique de nos jours la position de vestiges à mi-pente du talus.

Capture d’écran 2012-07-26 à 17

Dans l'enceinte du Château, entourées d'un jardin romantique, subsistent les fondations de la Collégiale Saint-Georges (XIe siècle) matérialisée par des haies d’ifs (plantées en 1935). Elle fut la nécropole des Bourbons-Vendôme jusqu'au XVIIe Siècle, on y trouvait notamment les sépultures de Jeanne d'Albret et d’Antoine de Bourbon, parents d’Henri IV.

Le démantèlement du Château, après la Révolution, va de pair avec celui de ce sanctuaire, déjà mis à mal par deux assauts (en 1562 par les huguenots et en 1793 par les révolutionnaires).


Sources Photos internet, sauf celles siglées Ailonuages - Textes inspirés des plaques émaillées sur place, Wikipédia.

ceel7hwx

* * * * * Bises à vous, Aile * * * * *

Posté par A i l e à 06:17 - La Sologne - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 12 juillet 2012

Sancerre - Cher (18)

Capture d’écran 2012-07-06 à 22

Sancerre se situe dans le Département du Cher à une quarantaine de kilomètres de Bourges, sur une montagne dominant son vignoble et la Loire.

Capture d’écran 2012-07-07 à 07

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Sancerre, 1000 ans d'histoire,

Depuis les temps les plus reculés, la colline rocheuse de Sancerre sert de refuge aux populations lors des désordres de la nature et les invasions barbares.

Sacrum Coesaris ou Sacrum Cereris, oppidum gaulois, camp romain ou cité gallo-romaine, rien ne l'atteste.

Au milieu du XIIème siècle, un Château et une Cité fortifiée sont édifiés par Etienne 1er de Sancerre, celui-ci développera la culture de la vigne et fera battre la monnaie.

 

P01_00803161

 

En 1380, un de ses descendants Jean III de Sancerre fait construire le donjon (la Tour des fiefs) du château féodal qui comprenait à cette époque six tours.

Capture d’écran 2012-07-07 à 07

Jusqu'au début du XVIIème siècle, Sancerre joue un rôle dans l'histoire en raison de sa position stratégique.

Pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution, le Comté est la propriété de grandes familles du Royaume de France.

Capture d’écran 2012-07-07 à 07

Capture d’écran 2012-07-08 à 18

Capture d’écran 2012-07-10 à 07

Capture d’écran 2012-07-08 à 18

- En attente de l'embouteillage -

Capture d’écran 2012-07-10 à 07

Capture d’écran 2012-07-10 à 07

Capture d’écran 2012-07-07 à 07

- Tour St Jean ou Beffroi de Sancerre -

1480, Louis XI ordonne la création d'un échevinage en nommant un Maire, six échevins et six bourgeois-conseillers, ils se réunissent à l'étage de la Tour St Jean.

Le Grand siège,

En 1573, un an après le massacre de la Saint Bathélémy, le Roi de France Charles IX irrité par la rébellion des protestants décide d'assiéger les villes révoltées. Parmi elles, seules la Rochelle et Sancerre résistent durablement.

Sancerre ayant refusé de "faire cesser les prêches" et de recevoir une garnison royale, le Roi diligente une armée de 7000 hommes conduite par le Méréchal de la Châtre, Gouverneur du Berry.

En Janvier 1573, le siège est mis devant la ville. Les catholiques, au lieu de fuir, se joignent aux protestants. Le siège est effroyable : La ville reçoit 5915 coups de canon. La famine terrasse 500 villageois, on mange le cuir des souliers, des pains de paille et d'ardoises pilées.

Le 19 août 1573 la ville capitule après 220 jours de siège. Début des représailles royales : les murailles sont détruites, les portes de la ville brûlées, la cloche du Beffroi confisquée, une amende de 40 000 livres est exigée.

Le 12 Septembre 1573, quittant sa demeure de la rue des 3 portes, André Jouhanneau, échevin et gouverneur militaire de la ville est assassiné et son corps jeté dans le puits de la Halle.

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

- Notre Dame de Sancerre -

En 1789, Vincent Poupard, Curé de Sancerre, est élu député du clergé pour les Etats généraux de 1789 de Versailles. Pendant la Révolution Française, Sancerre est le site d'une rébellion royaliste menée par Antoine le Picard de Phélippeaux, « la Petite Vendée Sancerroise ».

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

- La Maison Jacques Coeur (XVème s) -

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Jacques-Coeur---1c

Jacques Coeur (1395-1456), commerçant français et grand argentier de Charles VII, a vécu un temps à Sancerre. Sa maison, confisquée lors de sa disgrâce et condamnation à mort, est restituée à son fils en 1463. Conservée aujourd'hui, elle a subi beaucoup de transformations au cours des siècles car elle fut, tour à tour, boutique de drapier, boulangerie jusqu'au XXème Siècle, est peut-être la plus ancienne maison de la ville. Elle pourrait avoir été construite par Jean III, Comte de Sancerre au XVème Siècle ou par sa fille. La rue du Carroir de Velours, à proximité, tire son nom de la présence entre le XVème et le XVIIIème Siècle de nombreux marchands d'étoffes. Une légende dit qu'un souterrain partirait de la maison jusqu'à Bourges...

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

- L'hôtel de la Thaumassière XVème Siècle -

(ci-dessous détails de ses sculptures)

Il appartenait à César de la Thaumassière, Médecin de Henri II de Bourbon, son fils Gaspard (Historien du Berry) y est né.

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

- La Tour des fiefs -

d'une hauteur de 40 mètres et 195 marches, dernier vestige du Château féodal

*

En 1621, le démantèlement du Château est ordonné par le gouverneur du Berry, à la suite d'un ultime soulèvement contre le pouvoir royal. Les fortifications sont rasées, il ne reste que les tours du château.

En 1789, Vincent Poupard, Curé de Sancerre, est élu député du clergé pour les Etats généraux de 1789 de Versailles. Pendant la Révolution Française, Sancerre est le site d'une rébellion royaliste menée par Antoine le Picard de Phélippeaux, « la Petite Vendée Sancerroise ».

Avant 1880, Sancerre, dispose d'un tribunal de première instance, d'un collège et d'une société d'agriculture. Le commerce de chanvre, de grains, de noix, de laine et bestiaux la caractérise, en plus de son vignoble producteur de vins rouges et blancs.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Sancerre a été un centre de commandement régional pour la Résistance intérieure française. En août 1944, lors de l’«Opération Spencer», Sancerre était positionnée sur l'aile droite. Cette offensive alliée visait à empêcher les Allemands de traverser la Loire entre Gien et Nevers et renforcer les troupes en Bretagne. Les Forces Françaises libres y ont fait sauter le pont de Saint-Thibaut.

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11


Photos persos, Textes rédigés avec l'aide de Wikipédia et des plaquettes locales.


* * * * * Bisous, Aile * * * * *

 

1v1ysmrl

 

Posté par A i l e à 06:40 - Châteaux d'ailleurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 28 juin 2012

Preuilly sur Claise - Indre et Loire (37)

 Preuilly sur Claise est une jolie commune située en Indre et Loire, entre la Touraine, le Berry et le Poitou, du côteau elle domine  la vallée de la Claise.

La ville s’étage entre la Claise et le bord du plateau calcaire qui s’étend presque jusqu’à Loche, elle garde en ses terres de nombreux vestiges Paléolithiques et Néolithiques.

Capture d’écran 2012-06-19 à 20


Capture d’écran 2012-06-19 à 20

- L'Abbatiale St Pierre -

Elle faisait partie de l'ancienne abbatiale bénédictine fondée juste avant l'an 1000 ; Deux influences architecturales se mêlent, poitevine et tourangelle. Elle a été restaurée et remaniée au XIXème Siècle. Son toit aux tuiles vernies font penser à ceux de la Bourgogne.

 

Capture d’écran 2012-06-19 à 20

Capture d’écran 2012-06-19 à 20

Capture d’écran 2012-06-19 à 20


 

Capture d’écran 2012-06-19 à 21


 

Capture d’écran 2012-06-19 à 20

Capture d’écran 2012-06-19 à 20

Capture d’écran 2012-06-19 à 20


Sur les hauteurs, le Château du Lion,

930 le Vicomte Atton, premier seigneur connu, y construit un château en bois appelé Château du Lion ;

1116, il est intégralement détruit par Foulques II d'Anjou ;

1130, Le Château est reconstruit vers 1130 par Pierre de Montrabel ;

XIV eme siècle, la forteresse soutient plusieurs sièges contre les Anglais, qui finissent par s'en emparer et le démanteler ;

Vers 1422,  Pierre Frotier, premier Baron de Preuilly et époux de Marguerite de Preuilly, restaure le Château à grands frais et en profite pour l'agrandir et le fortifier. Charles VII lui confie l'éducation de sa fille Jeanne, eue de ses amours avec Agnès Sorel. Les successeurs de la famille Frotier seront : Les Gaucourt, les d'Amboise, les de la Rochefoucault, César de Vendôme, les Chasteigner de la Rocheposay, les de Crevant d'Humières, les de Gallifet et les de Breteuil.

1369, Du Guesclin et Jean de Bueil rendent le Château à son propriétaire légitime, Eschivart VI ;

Début XVII, César de Vendôme termine les réparations ;

1700, Les Barons abandonnent le Château et s'établissent  à Azay-le-Ferron ; Le nouveau propriétaire est Nicolas le Tonenelier de Breteuil ;

1761, L'ancienne forteresse est reléguée à l'état de grange ;

XIX, Le Château n'est plus qu'un entrepôt de matériaux de construction... En effet son propriétaire Nicolas le Jeune en 1803, le démantèle pour en vendre pierres et poutres ;

1816, Le Maire d'alors détruit le pont-levis et se sert du comblement des douves pour permettre la construction de la nouvelle route de Tours ;

XXème, La famille Cartier procède à la restauration des lieux, sans trop se soucier du style, le principal sauver le Château ;

1966, Lea propriété est cédée à une société archéologique est devient musée (Le Musée de la Poterne).

Capture d’écran 2012-06-19 à 21

- Le Château du Lion -

Capture d’écran 2012-06-19 à 21


 

Capture d’écran 2012-06-19 à 21

- L'hôtel de la Rallière -

Construit au XVIIème Siècle par Samuel Gaudon, protestant natif de Preuilly, qui a fait fortune en exerçant la très lucrative fonction de Fermier aux entrées de Paris. Celui-ci est embastillé le 26 janvier 1649, par la force des choses les travaux sont interrompus ;

Au cours du XVIIIe siècle, les travaux se poursuivent, rattachés au domaine de Preuilly et d’Azay-le-Ferron.

Pendant la Révolution, les combles sont utilisés comme prison pour y détenir des soldats vendéens.

Début du XIXe siècle M. Dauphin en fait l'acquisition ;

1853, le propriétaire en fait don à la Commune afin d'y établir un Hospice et un lieu d’enseignement pour jeunes filles.

1992, est la date de sa désaffection.


Capture d’écran 2012-06-19 à 21


1398bd39

* * * A bientôt, Aile * * *


Besoin d'une Chambre d'hôte à Preuilly sur Claise ? Cliquez sur la photo...

Capture d’écran 2013-09-23 à 06

"Le Relais des Pêcheurs" - Preuilly sur Claise

Posté par A i l e à 07:49 - Douce Touraine - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,