Des Ailes aux Nuages

* * * * *Effacer le mouton, garder les nuages, ceux qui font rêver, voyager, imaginer, c'est ainsi qu'est naît Des Ailes aux Nuages. Au fil du temps, le grand cahier se remplit pour ne jamais oublier, peut-être m'aimerez-vous comme je vous aime* * * * *

mardi 5 octobre 2010

La nature impressionnée par Monet, Partie 2/2

- Biographie de Claude Monet (suite) -

Les photos de Giverny aujourd'hui se trouvent juste après...

*

Entre 1891 et 1893, Monet peint et expose à la Galerie Durand-Ruel entre-autres une série de vingt peintures de la Cathédrale de Rouen ( à différentes heures), série qu'il dira épuisante.

Il effectue un retour sur le motif humanisé comme pour la série "Gare St Lazare",

saint_lazare

alors que les séries "Les peupliers" et "Les meules" portaient sur des éléments de décor naturel.

Le Peintre fait creuser le jardin d'eau avec son étang aux nymphéas, et fait détourner un affluent de l'Epte pour l'alimenter, un jardin qui va nourrir ses inspirations artistiques, Monet aime particulièrement peindre la nature contrôlée : son propre jardin, ses nymphéas, son étang et son pont, que le passionné des plantes qu'il est, a patiemment aménagés au fil des années.

En 1894, Cézanne, Marie Cassat, Geffroy, Rodin, Clémenceau sont invités à Giverny.

En 1895, il rend visite à son beau fils Jacques Hoschedé, peint à Oslo et revient avec vingt huit paysages de neige.

En 1896, il se rend régulièrement en Normandie, en Juin son fils Jean épouse Blanche, la fille d'Alice.

En 1899, Monet peint la série "Pont japonais", se rend à nouveau en Angleterre, passionné par la lumière de la Tamise dans le brouillard, ainsi que le parlement, les pont de Charing Cross et Waterloo, et expose courant 1900-1901 à la galerie Durand-Ruel  de New York  la série de treize toiles "Le bassin aux nymphéas".

Monet_Le_bassin_aux_nympheas_harmonie_verte

 

pont_japonais_a_giverny_peint_par_claude_monet_en_1900_

En 1902, il entreprend une deuxième série de nymphéas, et expose en compagnie de Pissarro.

En 1904, il ajoute des arceaux sur son pont japonais, et expose en mai/juin trente sept toiles "Vue de la Tamise", il se rend à Madrid, puis à nouveau à Londres.

En 1905, Monet est à l'honneur dans un article du journal L'art et les Artistes, on y voit son jardin.

En 1908, il est à Venise (ci-dessous) avec Alice et y peint une trentaine de tableaux.

palais_doges_brooklyn_1

 

Capture_d__cran_2010_09_30___18

En 1909-1910, Il expose chez Durand-Ruel quarante huit tableaux sur "Nymphéas, séries de paysages d'eau" il agrandit et modifie les bord de son bassin.

claude_monet

 

claude_monet_nympheas

Le 19 Mai 1911, Alice décède.

En 1912, il expose vingt neuf toiles "Vue de la Tamise" (ci-dessous) chez Bernheim-Jeune, et apprend qu'il est atteint de cataracte.

57556521

 

166

En  1914, son fils Jean décède, Blanche sa veuve s'occupe de lui avec bonté. Monet commence une série de grands panneaux inspirés des nymphéas, sur la suggestion de son ami Georges Clémenceau, pour cela il fait construire un grand atelier à côté de son jardin.

En 1922, Malgré le découragement qu'engendre son lourd handicap visuel, il tient parole et fait donation officielle des Nymphéas à l'Etat.

Capture_d__cran_2010_09_30___18

Il est opéré en 1923, de l'œil droit dans les difficiles conditions de l'époque. Affecté par les modifications de ses perceptions visuelles consécutives à l'opération (il voit trouble, les couleurs en sont affectées), il renonce à toute intervention sur son œil gauche. La maladie évolue et a un impact croissant sur ses derniers tableaux.

Claude Monet décède à quatre vingt six ans d'une sclérose pulmonaire le 05 Décembre 1926, et est inhumé dans le petit cimetière de Giverny.  Accouru trop tard au chevet du peintre, Clémenceau aurait insisté pour qu'on ne recouvre pas le corps d'un linceul noir, en expliquant que cela n'était pas convenable : « Pas de noir pour Monet ! Le noir n'est pas une couleur ! ». Il aurait alors arraché les rideaux aux motifs colorés de la fenêtre pour en recouvrir la dépouille du peintre.


CIMG2490

ATELIER_1

 

CIMG2391

CIMG2392

apc2

 

CIMG2393

CIMG2396

 

CIMG2438

 

CIMG2446

 

CIMG2420

 

CIMG2445

 

CIMG2444

 

CIMG2330

L'atelier des nymphéas a été construit en 1916 pour y peindre ses ses célèbres toiles du bassins des Nymphéas offertes à la France en 1922.

CIMG2398

 

CIMG2331

 

CIMG2400

 

CIMG2402

 

CIMG2403

 

CIMG2404

 

CIMG2406

 

CIMG2410

 

CIMG2411

 

CIMG2412

 

CIMG2413

 

CIMG2416

 

CIMG2418

 

CIMG2422

 

CIMG2328

- Georges Clémenceau et Monet -

Le Pont japonais :

La passion de Claude Monet pour le Japon et ses artistes l'a poussé à faire construire un pont japonais pour traverser son bassin. Plusieurs fois peint par le maître mais aussi par ses contemporains, ce pont japonais est aujourd'hui le décor naturel pour les photos-souvenirs. Depuis l'ouverture de la propriété au public, des millions de visiteurs mais aussi de grands personnages, des chefs d'états et des artistes de renom ont été photographiés sur ce pont recouvert de glycines.

CIMG2427

 

CIMG2429

 

CIMG2433

 

CIMG2434

 

CIMG2435

 

CIMG2437

 

CIMG2443

 

CIMG2440

 

CIMG2448

 

CIMG2450

 

CIMG2449

 

CIMG2453

 

CIMG2455

Pour créer le Bassin aux Nymphéas, Claude Monet a fait détourner artificiellement un bras de l'Epte.

CIMG2456

apc3

 

CIMG2460

 

CIMG2478

 

CIMG2477

 

CIMG2461

 

CIMG2479

 

CIMG2468

 

CIMG2475

 

CIMG2470

 

CIMG2472

*

CIMG2491

 

CIMG2492

 

CIMG2497

De 1887 à 1914, l'ancien Hôtel Baudy fut le rendez-vous des amis peintres de Claude Monet qui y débattaient du talent des uns et des autres, et y présentaient leurs oeuvres.

Les tableaux étaient pendus aux murs dans l'attente d'un acquéreur, ou déposés en gage pour une facture impayée, tantôt salle d'exposition, tantôt salle de ventes.

On pouvait y boire, y déguster des patisseries, le potager à côté de la terrasse permettait de produire des fruits et légumes pour les repas des pensionnaires, mais pas seulement on pouvait y acheter des couleurs et du matériel.

Les anciennes granges avaient été transformées en chambre, et on pouvait même y trouver une salle de bal.

L'honorèrent de leurs séjours : Cezanne, Renoir, Rodin, Sisley, Mary Cassat..., ainsi que la majorité des peintres impressionnistes américains qui y fondèrent une école de peinture.

*

Capture_d__cran_2010_09_30___18

 

CIMG2494

Le 8 Décembre 1926 en fin de matinée, Claude Monet est inhumé près de sa seconde épouse Alice (1844-1911), dans le petit cimetière de Giverny, en présence de sa famille, des artistes givernois, français et étrangers, de plusieurs personnalités dont son vieil ami Georges Clémenceau.

CIMG2495


J'aurai le grand bonheur et l'émotion d'aller voir l'Exposition Claude Monet à Paris... à suivre.

>> ICI << Le superbe Site en son honneur !


* * * Bises, à bientôt, Aile * *

P1020683


lundi 4 octobre 2010

La nature impressionnée par Monet, Partie 1/2 * * *

57487934

- Oscar-Claude Monet peintre français

né à Paris le 14 Novembre 1840

décédé à Giverny le 3 Décembre 1926 -

*


- Biographie de Claude Monet -

(Synthèse d'après Wikipédia, Télérama HS - Guide visite de Giverny)

Les photos de Giverny d'aujourd'hui sont juste après...


*

parents_monet

- Les parents de Monet -


La famille, grands-parents paternels compris, s'installe au Havre en Normandie vers 1845, l'année de ses cinq ans.

Oscar n'est pas un élève très appliqué, cependant il développe un goût pour le dessin et suit les cours d'Orchard (ancien élève de David). Ses premiers dessins sont des caricatures, mais il croque également des bateaux et des paysages de "plein air".

Il abandonne ses études suite au décès de sa mère en 1857, c'est sa tante qui poursuit son éducation et l'encourage à continuer le dessin. Il est âgé de 18 ans et vend ses caricatures chez un marchand de couleurs et fait la connaissance d'Eugène Boudin, peintre paysagiste, ce dernier lui donne quelques techniques et le pousse à aller à Paris pour suivre des cours et rencontrer des artistes, il entre à l'Académie Suisse de Paris et fait connaissance avec Pissarro et Cézanne.

Il dira plus tard : « Si je suis devenu un peintre, c'est à Eugène Boudin que je le dois. »

En 1861, il est appelé au service militaire en Algérie, mais est rapatrié au bout d'un an après avoir attrapé la  typhoïde, de retour au Havre, il accepte la proposition de sa tante de prendre des cours d'art à l'université.

En 1862, il se lie d'amitié  avec le hollandais Johan Barthoid Jongkind, un peintre de la marine, avec qui il peint avec ses amis Frédéric Bazille et Alfred Sisley, lors de son passage à Sainte Adresse et Honfleur

La même année, il commence à étudier l'art à Paris avec Charles Gleyre, un peintre suisse.

En 1865, il fait son premier envoi au Salon avec deux paysages "L'embouchure de la Seine à Honfleur" (ci-dessous)

1716620379

et la "Pointe de la Hève à marée basse" (ci-dessous),

4875814976_8d4aa9ef6a

La même année, encouragé par Gustave Courbet, il commence "Le déjeuner sur l'herbe" (ci-dessous, les personnages à gauche sont Camille et Bazille).

d_jeuner_sur_l_herbe_monet_d_tail_monet

En 1866, il se fait remarquer avec "La femme à la robe verte" (ci-dessous), qui n'est autre que Camille, Emile Zola en parle avec beaucoup d'enthousiasme.

4141929966_aabed3044d_z

Capture_d__cran_2010_09_30___18

 

monet_femmes_au_jardin

Camille...  Doncieux, est un de ses modèles, notamment pour "Femmes au jardin" (ci-dessus) .

Le couple est en proie à de grandes difficultés financières, c'est Bazille qui les héberge Rue Visconti à Paris, mais ils déménagent pour le Quartier des Batignolles où Camille donne naissance à leur premier enfant, Jean en 1867.

w0142

- Le petit Jean Monet peint par son père -

En 1868, toujours sans argent, et rejeté par sa famille qui refuse son concubinage avec Camille, Monet tente de se suicider en se jetant dans la Seine, peu après ce triste épisode il est reçu au Salon et un couple d'amateurs d'art du Havre, lui offre une aide financière, il peut de ce fait louer en 1869 une maison à Bougival et y peindre avec Renoir, mais le Salon refuse son envoi.


Camille_Monet_Renoir_1873

- Camille Monet-Doncieux portrait de Renoir en 1872 -


 

Il épouse Camille en 1870, avec pour témoin Manet et Courbet. Alors qu'il est parti vivre à Londres avec sa petite famille pour fuir la guerre, il apprend le décès de Bazille au combat. Monet retrouve Pissarro et Charles-François Daubigny et rencontre le marchand d'art Paul Durand-Ruel.

En 1871, il séjourne en Hollande y peint vingt cinq toiles, puis le couple s'installe à Argenteuil.

En 1873, Monet effectue d'incessants voyages entre Le Havre et Argenteuil, les paysages, la Seine, marquent fortement les sujets de ses oeuvres. Il rencontre Gustave Caillebotte.

En 1874, Trente jeunes artistes s'installent dans l'ancien atelier du photographe Nadar, Boulevard des Capucines, pour s'opposer au tout puissant Salon officiel. C'est Monet qui prend la tête de ce groupe de peintres   "La Société Anonyme des Artistes Peintres, Sculpteurs et Graveurs","le salon des refusés" est né, on y retrouve Boudin, Edgar Degas, Berthe Morisot, Pissaro, Renoir, Sisley, Paul Cézanne, Armand Guillaumin

780px_Claude_Monet__Impression__soleil_levant__1872

En cette même année Monet peint et présente lors d'une première exposition  Le port du Havre avec "Impression, soleil levant " (photo ci-dessus). Un journaliste Louis Leroy du journal Charivari se raille de l'exposition en titrant  "L'exposition des impressionnistes", sans se douter que les peintres récupéreront ce mot pour représenter leur mouvement... Les Impressionnistes...

En 1876, lors de la deuxième exposition Monet présente Camille déguisée en japonaise (photo ci-dessous) et divers paysages d'Argenteuil.

monet_camille_monet_in_japanese_costume

Monet réalise quelques peintures pour Ernest Hoschedé, riche marchand, client de Durand-Ruel pour le Château de Rottembourg dont sa femme Alice a hérité.

En 1877, Monet expose une série "La Gare St Lazare".

En 1878, Le peintre s'installe à Paris, Rue d'Edimbourg, où Camille met au monde leur deuxième fils, Michel.

En 1879, a lieu la quatrième exposition des peintres indépendants, Monet y expose vingt neuf toiles. La même année les Hoschedé ruinés s'installent sous son toit. C'est dans les bras d'Alice Hoschedé, sa maîtresse, que son épouse Camille, atteinte d'un cancer s'éteindra. Monet fera son troublant portrait sur son lit de mort.

En 1880, l'Artiste n'expose pas chez les peintres indépendants, mais  débute en Juin une exposition personnelle dans les locaux de la vie moderne.

En 1881,  Durand-Ruel reste fidèle à Monet et lui achète régulièrement ses toiles. Monet se rend régulièrement en Normandie, à Fécamp, Trouville et Sainte-Adresse,  s'installe avec Alice et les enfants dans une grande maison à Poissy.

En 1882,  Durand-Ruel se trouve en difficulté suite au krach de l'union générale, Monet tente de lui venir en aide en exposant trente cinq tableaux lors de la septième exposition des peintres indépendants, puis entreprend la décoration de l'appartement de Durand-Ruel au 35 Rue de Rome à Paris.

En 1883, Monet loue le pressoir et son clos normand à Giverny près de Vernon dans l'Eure et s'installe avec ses deux fils, Alice et les six enfants de celle-ci. En fin d'année il voyage avec Renoir de Marseille à Gènes, puis à Aix-en-Provence pour rencontrer Cézanne.

En 1884, il séjourne en Italie à Bordighera,  Menton, puis Etretat, commence alors sa longue amitié avec l'écrivain et journaliste Octave Mirbeau qui contribue à sa reconnaissance grâce à Durand-Ruel.

En 1885, Il s'installe quelques mois avec sa famille à Etretat et converse régulièrement avec Guy de Maupassant.

En 1886, il expose quarante de ses oeuvres à la Galerie Durand-Ruel à New York, il peint en Hollande, Belle-île-en-mer y rencontre le critique Gustave Geffroy, en Novembre il se rend à Noirmoutier chez Mirbeau.

En 1887, il séjourne à Londres et rencontre le peintre américain James Abbot Whistler un ami de longue date (*), et peut exposer grâce à lui à la Royal Society of British Artists.

(*)  Lors de son premier déplacement au Royaume-Uni en 1870, pour fuir la guerre franco-prussienne, il avait eu l'occasion d'admirer les œuvres du peintre britannique Turner(1775-1851) et avait été impressionné par sa manière de traiter la lumière, notamment dans les œuvres présentant le brouillard de la Tamise. Il avait rencontré, à cette occasion, le peintre américain Whistler (1834-1903), également influencé par Turner, avec lequel il s'était lié d'amitié.

Ce qu'il avait vu à Londres l'incita à y revenir plusieurs fois, de 1899 à 1904, il peint près d'une centaine de tableaux sur le thème du brouillard de Londres sur la Tamise.

En 1888, il est à Antibes et Juan-les-pins, rencontre Maupassant à Cannes, dix de ses marines sont exposées à Paris par Théo Van Gogh, puis retourne à Londres.

En 1889, il peint la Vallée de la Creuse, une importante exposition a lieu conjointement avec son ami Rodin  à la Galerie Georges Petit.

L'augmentation du prix de ses tableaux et donc l'amélioration de ses finances lui permettent d'acheter Giverny vers 1890 et de s'y installer alors définitivement. il commence la série "Les Meules", qu’il expose en 1891

Suivent les séries "Les Peupliers" en 1892 qui seront exposées chez Durand-Ruel, la même année Monet épouse Alice qui vient de perdre son mari,

alice

- Alice Monet -

(La Suite de la Biographie dans la deuxième partie ...)


CIMG2326

CIMG2325

La propriété de Claude Monet a été léguée par son fils Michel (1878-1966) à l'Académie des Beaux-Arts. Après d'importants travaux de restauration conduits par M. Gérald Van der Kemp, la propriété a ouvert ses porte au public en Juin 1980.

CIMG2332

CIMG2485

Les jardins ont été soigneusement reconstitués à l'identique à l'aide des cahiers des jardiniers de Claude Monet et après avoir recueilli les témoignages de ceux qui y avaient travaillé ou qui pouvaient apporter des précisions techniques. Pour réussir cette entreprise, Mr Van der Kemp a fait appel à M. Gilbert Vahé, jeune diplômé de l'école d'horticulture française, qui aujourd'hui encore, veille avec soin sur le respect de ce que Claude Monet appelait sa plus belle oeuvre, un tableau à même la nature.

CIMG2339

CIMG2333

CIMG2341

CIMG2344

dining_room

- La salle à manger d'hier et d'aujourd'hui -

monet_20123_redimensionner_1

La Salle à manger, d'un ton ensoleillé a reçu les plus grands artistes de l'époque, on pouvait attabler jusqu'à 14 convives.

maison_monet_003

La cuisine, décorée de faïences bleues lumineuses, et rehaussée de cuivres.

CIMG2351

- Une des trois fenêtres de la chambre de Monet -

chambre_monet

La chambre de Claude Monet :

C'est dans cette pièce qu'il s'éteint le 05 Décembre 1926 épuisé par les suites d'une opération ophtalmologique. Le mobilier est d'origine.

CIMG2346

CIMG2347

CIMG2353

- Au rez-de-chaussée, la fenêtre de l'atelier salon -

- A l'étage une des fenêtres de la chambre de Monet, toujours baignée de lumière,

avec une vue imprenable sur les jardins -

atelier

- L'atelier salon, hier (vers 1915) et aujourd'hui -

maison_monet_002

L'atelier salon, c'est ici que Monet travaillait ou se reposait, ses toiles étaient accrochées aux murs, ici dormaient (car aujourd'hui ce ne sont que des copies), "La gare St Lazare", "Impression au soleil levant", "Les coquelicots", "La liseuse", "La rue Montorgueil", "Le bassin d'Argenteuil", "La plage de Pourville", "Le jardin de l'artiste à Vétheuil", "La pie",... mais aussi un tableau d'Auguste Renoir "Monet peignant dans son jardin à Argenteuil".

CIMG2332

CIMG2337

apc16

CIMG2480

CIMG2466

CIMG2471

CIMG2467

CIMG2327

monet_allee_g

CIMG2340

CIMG2329

CIMG2350

CIMG2354

CIMG2360

CIMG2363

CIMG2369

CIMG2370

CIMG2372

CIMG2373

CIMG2374

CIMG2378

CIMG2379

CIMG2380

CIMG2383

CIMG2389


La suite demain...


* * * Bisous, Aile * * *

CIMG2425

Posté par A i l e à 07:22 - Escapade à Giverny * Juilllet 2010 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 3 octobre 2010

Un automne de plus * * *

Table_d_anniv

On ne connait...

part_de_gateau

Jamais...

D_tail_gateau

Quel sera le poids des années...

Carte_d_anniv

dans la balance du temps...

Aile

Alors profitons, avant qu'il ne soit trop tard...



                       * * *Merci pour vos bisous ! à bientôt Aile* * *



57612572

Posté par A i l e à 07:07 - Gourmandises - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 30 septembre 2010

Un saut dans le Jura * * *

CIMG0001

CIMG0005

***

CIMG0004

Le Hérisson est une rivière du massif du Jura, en France, dans la Région des Lacs du Jura français.

Il prend sa source au niveau du Lac de Bonlieu dont il est l'exutoire.

Il s'écoule rapidement sur le plateau du Frasnois à 800 mètres d'altitude avant de s'engager dans une reculée typique du Jura, où son parcours va être ponctué de cascades.

Cascades du Hérisson :

Le cours d'eau rejoint ensuite la vallée inférieure en sautant près de 300 mètres de dénivelé sur 3 km en constituant les Cascades du Hérisson.

Divers belvédères et un sentier de promenade permettent de suivre les chutes successives (altitude décroissante) comme :

  • le Saut Girard, 35 mètres, (2 accès : depuis le lieu-dit de la Fromagerie ou d'un parking d'Ilay),
  • Le Saut du Moulin Jeunet,
  • Le Saut de la Forge, (accès au bout de la route des cascades (Bonlieu))
  • Le Saut du Château Garnier,
  • le Gour Bleu,
  • Le Grand Saut appelé aussi Queue de cheval, 60 mètres et la grotte Lacuzon, avant d'admirer la dernière chute,
  • L' Éventail de plus de 65 mètres.

(Source Info, Wikipédia)

CIMG0006

- L'éventail -

CIMG0008

CIMG0013

***

Le Restaurant "Le Regardoir" à Moirans en Montagne qui nous a réservé un très bon accueil, pour un déjeuner original avec une vue panoramique incroyable !!

CIMG0030

CIMG0031

CIMG0021

- Suprême de volailles enveloppé dans une fine tranche de lard,

sauce au comté -

CIMG0023

- Filet de truite d'Ecrilles au vin jaune -

CIMG0028

***

Petite promenade digestive ;0)  à la Frasnée...

Carte1_810

Le village de La Frasnée est situé à quelques pas de Parc Naturel Régional du Haut-Jura, en plein coeur du Pays des lacs. Il est inscrit à l'inventaire des sites pittoresques de la région et concentre toutes les caractéristiques du relief jurassien : Reculée, Cascades, Rivières, Forêts et Prairies.

C'est aussi une réserve biologique pour la flore et la faune comportant un arrêté de protection du faucon pélerin.

Faucon_pelerin_78


Nous avons adoré,

CIMG0042

Le petit jardin où l'on s'attend à voir danser les fées,

CIMG0043

La reculée,

CIMG0044

Les baies de sorbier qui se dorent au soleil,

CIMG0055

 

CIMG0059

La fraîcheur de la cascade,

Mais... mieux vaut se munir de chaussures de marche ou de bottes pour suivre le chemin,

n'est-ce-pas Monsieur Aile ??

CIMG0060

 

CIMG0063

La petite église aux tuiles colorées.

***

Le Saut de la Saisse :

Au temps des forges, la rivière d'Ain arrive à Pont-de-Poitte. Ce village touristique jouissait autrefois d'une renommée nationale pour la beauté de ses gorges avant que ce site naturel ne disparaisse noyé par les eaux de la retenue du barrage de Vouglans.

Aujourd'hui, on peut toujours admirer le fameux Saut de la Saisse où l'Ain perd brutalement une quinzaine de mètres par une série de cascades bouillonnantes, pilonnant les rochers. Par fortes eaux, le spectacle est impressionnant ; le débit de la rivière peut aller jusqu'à plusieurs centaines de mètres cubes seconde. En basses eaux, l'Ain se réduit en une multitude de petits filets, plus romantiques, dévalant un lit rocheux et crevassé.

(Selon plaquette d'information sur les lieux).

CIMG0070

 

CIMG0072

La rivière d'Ain offre un aspect des plus curieux, le lit de la rivière est formé de roches plates fissurées de crevasses profondes dont un certain nombre sont cylindriques : l'eau sous pression y tourbillonne, entraîne des galets et du sable et creuse la roche calcaire pour former des marmites.

CIMG0073

phtos_6F5738_1_

- Les marmites à découvert pendant la période des basses eaux -

(Photo du blog "Le Jura de Perrine")

CIMG0075

 

CIMG0078

Le port de la Sez est le premier port du Jura : c'est le premier endroit navigable, quoique ce fleuve ait déjà parcouru quinze lieues depuis sa source.

phtos_6F5734_1_

- Le port, pendant les basses eaux -

(Photo "Le Jura de Perrine")

 

CIMG0079

 

CIMG0081

 

CIMG0082

 

CIMG0083

 

CIMG0086

 

CIMG0088

 

CIMG0089

 

CIMG0090


Belle journée,
*** Aile ***

Rachel_Anderson_fairies_7073107_501_750

Posté par A i l e à 07:42 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 27 septembre 2010

A l'heure du thé avec George Sand, la Bonne Dame de Nohant * * *

George Sand vient la première fois à Nohant en 1808 avec ses parents à l'âge de 4 ans. Elle découvre le "château", cette grande et belle demeure de Style Louis XVI propriété de sa grand-mère, et son parc qui lui paraît immense. La petite fille se mêle fréquemment aux occupations des enfants du village et participe aux travaux des champs.

CIMG0039

CIMG0041

 

CIMG0043

 

Capture_d__cran_2010_09_06___09

La chambre de sa grand-mère, Marie-Aurore de Saxe (1748-1821)

CIMG0045

 

CIMG0050

Elle hérite du domaine, y reçoit sa première éducation.

CIMG0051


 

george_sand__jeune

Georges Sand, portrait par Auguste Charpentier en 1838

CIMG0042

- Amantine Aurore Lucile Dupin dite George Sand -

née à Paris en 1804 - décédée à Nohant en 1876

Photo prise en 1864 par Nadar.

Elle épouse François Dudevant  dit Casimir (1895-1871) en 1831.


Les enfants nés de cette union :

Solange_fille_de_G_Sand

- Solange Dudevant  (1828 - 1899) -

épouse le sculpteur Jean-Baptiste-Auguste Clésinger

après le décès d'une première petite fllle

elle donne naissance à Jeanne-Gabrielle Clésinger dite Nini,

560px_Jeanne_Clesinger

Le jeune couple ne cesse de se déchirer,

et la petite fille se retrouve au milieu du conflit.

elle décède à l'âge de 6 ans des suites d'une scarlatine

mal soignée dans une sordide pension,

George Sand qui a tout fait pour la protéger, l'élever elle-même

et qui adore l'enfant est au désespoir

d'apprendre sa disparition.


Maurice_Sand_Baron_Dudevant
- Jean-François-Maurice-Arnaud Baron de Dudevant

dit Maurice Sand (1823 - 1989) -

Dessinateur, Peintre (élève de Delacroix), romancier,

Auteur de pièces de théâtre, Scientifique et Marionnettiste...

Il épouse Lina Calamatta

du couple naît trois enfants

un petit garçon Marc-Antoine qui décède en bas-âge

et deux filles Aurore (1866-1961) et Gabrielle Dudevant (1868-1909)

Toutes deux sans descendance,

Aurore_sand

- Aurore Dudevant appelée aussi Aurore Lauth Sand -

c'est grâce à Gabrielle, puis à Aurore, dernière survivante,

que la maison est léguée à l'état, ce qui nous permet de la visiter aujourd'hui,

quasiment telle que l'avait connue George Sand.

*

th_atre_Nohant

- Le petit Théâtre du château -

Les occupations favorites de la haute bourgeoisie à la campagne est le théâtre.

Après avoir fait tomber le mur de la chambre de son ex-mari,

George Sand fait construire le petit théâtre,

cousant les vêtements des marionnettes façonnées en bois de tilleul de son fils chéri

CIMG0066

- Cliquez sur l'image ci-dessus -

CIMG0071

CIMG0068

CIMG0069

CIMG0073

CIMG0072

Réalité ou Légende ? Les cheveux des marionnettes appartiendraient
à des personnes illustres de l'époque de passage au château

 


George Sand divorce de François Dudevant en 1831.

Elle part en 1832 pour Paris, et édite son premier roman 'Indiana" sous les pseudonyme George Sand, inspiré de son amant de l'époque Jules Sandeau.

signarure_georgesand

Après de folles années parisiennes, de retour du malheureux séjour à Venise avec Musset, en décembre 1834 elle vient à Nohant y chercher le calme et en fait un haut lieu du Romantisme européen.

sand_musset

C'est en 1837, que Nohant devient le règne de la musique avec la venue de  Frantz Liszt, Marie d'Agoult, Pauline Viardot, Frédéric Chopin.


418px_Chopin1849opt02

- Frédéric François Chopin 1810 - 1849 -

Compositeur et Pianiste Polonais,

amant de G. Sand et de santé très fragile, beaucoup se demandent

si G. Sand et F. Chopin n'entretiennent pas plus une relation mère/fils

qu'autre chose.

Un différent au sujet de Solange, la fille de G. Sand

dont manifestement il est tombé amoureux,

finit de séparer le couple qui battait déjà de l'aile.

*

Il a composé à Nohant  : "La Polonaise héroïque op. 53" ,

"La valse du petit chien",

"La fantaisie en Fa mineur",

"La sonate funèbre",

"La 4ème balade",

"Les nocturnes",

"La Barcarolle op.60" ,

"Les dernières valses".

Aujourd'hui l'on peut encore voir la porte capitonnée de sa chambre à Nohant qui permettait à l'artiste de composer en paix.

*

pendant que Georges Sand a façonné ses romans :

"Le Meunier d'Angibault",

"La Mare au diable",

"La petite Fadette",

"François le Champi",

"Les Maîtres sonneurs"...

*

et Delacroix son tableau :

"l'Education de la vierge"(1842)

Tableau abrité à l'origine dans la petite église de Nohant

20061107185805_800

dont la toile n'était autre qu'un morceau de coutil de fil utilisé pour les corsets de George Sand.


Puis 1850-1876, années de sagesse et de vieillesse :

Nohant devient lieu de pèlerinage tant le prestige de Sand est immense.

Théophile Gautier, Alexandre Dumas fils, Gustave Flaubert, Honoré de Balzac, Ivan Tourgueniev et d'autres, innombrables, viennent, passent, vivent au château sur lequel règne celle que le Berry nomme désormais "La Bonne Dame de Nohant"

Son dernier compagnon, Alexandre-Damien Manceau (1817-1865) graveur sur cuivre et comédien amateur, ami de Maurice Sand avait une place importante dans la troupe du petit théâtre vécut de 1841 à 1864 à Nohant.

CIMG0055

 

CIMG0059

George Sand est restée toujours fidèle à Nohant, à ce Berry qu'elle  dépeint avec tant d'amour et de génie.

"Cette terre de Nohant où j'ai été élevée, où j'ai passé toute ma vie et où je souhaiterais pouvoir mourir, ces sillons de terres brunes et grasses, ces gros noyers tout ronds, ces petits chemins ombragés, ces buissons en désordre, ce cimetière plein d'herbes, ce petit clocher couvert de tuiles, ce porche de bois brut, ces grands ormeaux délabrés, ces maisonnettes de paysans entourées de leurs jolis enclos...".

G_Sand_par_Nader_en_1870

Le 8 Juin 1876, celle que Victor Hugo appelle "la grande dame de ce siècle", George Sand, meurt à Nohant, comme elle le souhaitait, dans sa chambre à la tapisserie bleue. Elle a alors 72 ans.

CIMG0048

Elle se repose enfin près de son fils dans le cimetière de la propriété, après toute une vie d'écriture, de lutte pour le progrès social en particulier pour le droit des femmes, une quête perpétuelle d'amour, une porte toujours ouverte à une multitude d'artistes.

CIMG0049

Et si son coeur s'y est arrêté un jour, son âme continuera à planer longtemps sur les lieux, pour ceux qui sauront s'ouvrir, lire, écouter et se promener.

CIMG0077

Dernier regard sur Nohant.


.CIMG0035

L'église romane sur la place.

CIMG0036

CIMG0037

CIMG0038


Je vous conseille également le superbe site dédié à George Sand (cliquez sur l'aquarelle),

lotus2


Promenade autour de Nohant...

Le Château de Sarzay servit l'imagination de G. Sand pour son roman les "Maîtres Sonneurs".

On peut lire sur le panneau à l'entrée :

"Château fort construit à la fin du XIIIème Siècle par la famille des Barbançois. Le grand donjon seigneurial couronné de machicoulis avec sa charpente d'origine, est flanqué de cinq tours, dont une pour l'escalier. Tour-chapelle et vestiges d'une enceinte qui comprenait 38 tours et était baignée par un étang".

CIMG0031

CIMG0025

CIMG0028

CIMG0029

CIMG0030


treadingcarefullybyviolscraper

A bientôt,
* * * Aile * * *

 

Posté par A i l e à 07:31 - Châteaux d'ailleurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 23 septembre 2010

Terra Botanica, une belle aventure * * * Partie 4/4

Je suis ravie de vous retrouver pour vous amener au jardin mystérieux...


Le végétal mystérieux :

- voyage au centre de la plante, cinéma 4D,
- dis, comment ça marche ?, mystère de l'ADN et la multiplication de la plante,
- les paléobotanistes, recherche des fossiles végétaux,
- les racines de la vie, au coeur de la forêt primaire,
- la balade des cimes, promenade à la cime des arbres dans une navette,
- le jardin des échopes, secrets des parfums,
- le bois dans tous ses états, parcours multi-sensoriel dans un arbre,
- l'ogre végétal, fleurs phosphorescentes,
- le dédale des délices, labyrinthe et aires de jeux,
- l'atelier des couleurs, plantes tinctoriales.


CIMG0183

CIMG0186

CIMG0188

CIMG0189

CIMG0192

CIMG0194

CIMG0196

CIMG0197

CIMG0198

CIMG0200


Mon Avis :  C'est mon coup de coeur, c'est un endroit qui semble tout droit sorti de la période des dinosaures, des bruits étranges derrière les fourrés, des brumes, des geysers... Pour les enfants des fouilles archéologiques géantes avec tout l'équipement pour s'y adonner.  Passer dans ce jardin c'est comme mettre les pieds dans une machine à remonter le temps !


fc14c6e1

A bientôt pour de nouvelles aventures,
cette fois-ci chez une grande écrivaine...

* * * Aile * * *

Posté par A i l e à 07:31 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 21 septembre 2010

Terra Botanica, une belle aventure * * * Partie 3/4

Prêts pour une promenade au sein du Végétal généreux ? Suivez-moi...


Le Végétal généreux :

- un théâtre de fleurs, automates,
- le potager extraordinaire, jeux et animations,
- les floraisons de l'Anjou, croisière en gabare,
- le parcours du Roi René, promenade au coeur des vignes et des roses,
- l'allée des grands-mères, boutiques,
- les plantes symboliques, des légendes et des mythes du monde végétal;


CIMG0107

 

CIMG0111

 

CIMG0115

 

CIMG0116

 

CIMG0118

 

CIMG0120

 

CIMG0122

 

CIMG0123

 

CIMG0125

 

CIMG0128

 

CIMG0131

 

CIMG0132

 

CIMG0133

 

CIMG0135

 

CIMG0136

 

CIMG0144

 

CIMG0146

CIMG0148

CIMG0149

CIMG0157

CIMG0160

CIMG0162

CIMG0165

CIMG0167

CIMG0168

CIMG0170

CIMG0176

CIMG0177

CIMG0180



Mon Avis : Un jardin plus traditionnel, mais très original. Nous avons adoré les tournesols géants où se balancent les torchons de grand'mère et ses recettes secrètes, le "David" en différents morceaux comme une promenade à Florence... La belle histoire du Théâtre des fleurs, et nous reposer sur les racines du vieux chêne bavard...

*

Nous avons fait également notre pause déjeuner sur place, il ne s'agit pas de grande cuisine, mais de salades et de hamburgers, et là franchement nous avons été agréablement surpris par la qualité.

Les repas sont préparés sur place avec des produits régionaux...

J'ai craqué sur le hamburger végétal (pain d'alise, salade, tomates, émulsion d'ail et de comté) ainsi qu'une salade végétale (Salade verte, tartare de tomates, billes de mozarella, tomates confites, champignons, pignons de pain, vinaigrette au basilic), pas trop d'emballages (ils sont biodégradables) même les couverts sont en bois !!

Les prix y sont très corrects avec en plus un sourire chaleureux, ils auraient des leçons à donner à certains fast-foods, je leur dis bravo !

*


884
Bisous et à bientôt pour la dernière partie en venant visiter avec nous,
le Végétal Mystérieux !

* * * Aile * * *

Posté par A i l e à 07:27 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 20 septembre 2010

Terra Botanica, une belle aventure * * * Partie 2/3

Après le Végétal apprivoisé,
je vous emmène vous promener dans celui du Végétal convoité...


Le végétal convoité :

- la grande expédition, une traversée de l'Atlantique à travers les tempêtes et les jungles.
une petite pause dans le campement du grand botaniste aventurier Aimé Bonpland,
- de Cape et d'Epices, jeu de rôles dans l'univers des épices,
- à la conquête des Amériques, parcours découverte dans le bayou,
- à la conquête de l'Asie, l'univers du bambou,
- les 5 continents, un tour du monde de l'aventure botanique,
- les relais botaniques, l'univers des plantes médicinales,
- le bonimenteur, récit,
- les comptoirs aux merveilles, boutiques,
- le bois des magnolias.


CIMG0045

CIMG0049

CIMG0051

CIMG0053

CIMG0056

CIMG0059

CIMG0060

CIMG0062

CIMG0063

CIMG0064

CIMG0068

CIMG0069

CIMG0071

CIMG0073

CIMG0075

CIMG0076

CIMG0077

CIMG0079

CIMG0081

CIMG0082

CIMG0084

CIMG0087

CIMG0089

CIMG0091

CIMG0092

CIMG0094

CIMG0095

CIMG0101

CIMG0098

CIMG0102

Mon Avis : J'ai adoré la serre tropicale et la rencontre avec le botaniste. L'idée de faire entrer le public comme sur une île après l'attraction de la traversée de l'Atlantique qui ne peut recevoir qu'une centaine de personnes (?) maxi permet de ne pas avoir trop de monde dans la serre, résultat... on ne se marche pas dessus, c'est comme une sensation d'avoir été transportés d'un coup de baguette magique !


Rendez-vous demain pour visiter le Végétal Généreux ...


* * * Bisous, Aile * * *

hyg

Posté par A i l e à 07:18 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 18 septembre 2010

Terra Botanica, une belle aventure * * * Partie 1/4

terra_botanica_cap

Le parc est situé dans le département du Maine et Loire (à proximité d'Angers)

Il domine les basses Vallées Angevines, un site réputé en Europe pour sa faune et sa flore.


Historique (Extrait de la plaquette journalistique)

Terra Botanica, premier parc européen consacré au végétal, à la fois outil de promotion du territoire et vitrine de la filière, a ouvert ses portes au public le 10 avril 2010.

Un chantier d'envergure pour l'Anjou, il aura fait l'objet de plus de 150 marchés, dont les trois quarts sont revenus à des entreprises locales. Près de 8M€ de retombées économiques sont attendus à l'extérieur du parc angevin.

350 personnes issues de plus d'une centaine d'entreprises ont bossé d'arrache-pied - si l'on ose dire - sur le chantier de Terra Botanica. Leur mission : planter plus de 1.500 variétés végétales, construire d'immenses serres, plusieurs bâtiments d'accueil du public, des attractions.

L'objectif final était de donner forme à ce parc à thème pensé par Thierry Huau et conduit par Nicolas Moulin, des hommes clés de ce projet titanesque.

58735_huau_jd491

- Thierry Huau -

Paysagiste et urbaniste, Thierry Huau, le concepteur, s'est fait préalablement la main à l'occasion d'une soixantaine de réalisations conduites dans le monde entier, sur plusieurs continents. On lui doit notamment les espaces végétalisés et aquatiques de la Cité de la mer coréenne de Sochko, ou encore ceux de la «Magnanerie de bisons» de Beyrouth, au Liban, ou plus près de chez nous le Cap Estérel, la Calla Rosa de Sardaigne, l'Usine Renault de Cléon, le Golf d'Iroise ou le célèbre mémorial Charles de Gaulle de Colombey-les-Deux-Eglises.

Quel point commun entre ces lieux, direz-vous ? «À chaque fois, un challenge aussi passionnant que colossal. Le pari d'imaginer et de mettre en scène les sols, la terre, les pierres, les arbres, arbustes, plantes et espaces lacustres dans lesquels les visiteurs naviguent, marchent, rêvent, observent, apprennent ou réapprennent la nature, le vivant, l'insondable, la beauté», résume Thierry Huau, le dos tourné à la silhouette trapue et vert sombre d'un laurier du Portugal.

92611_nicolasmoulin1_jd491

- Nicolas Moulin -

À ses côtés, Nicolas Moulin, le chef de projet. Gestionnaire, mais aussi diplomate, il aura navigué dix ans durant au fil des contradictions d'une météo politique capricieuse, parfois jalouse, jamais contraire à l'intérêt général, entre Vallée de l'Authion, rives de Loire ou bocages ignorés ailleurs pour finir par jeter son dévolu sur les 50 hectares de Terra Botanica. Son rôle est proche de celui de chef d'orchestre. Pas facile de mettre de l'huile dans les rouages du plus grand chantier de l'Ouest en 2008/2009. Car le futur, c'est des milliers de m³ de terre déplacés, remodelés dans les 11 hectares du coeur du futur parc. Mais aussi des tonnes et des tonnes de pierres, ardoises, béton pour les socles de certaines des géniales animations qui retraceront l'histoire mondiale du monde vert des origines à nos jours, le transit des plantes par bateaux.


Une idée "terre à terre",
du parc...

• Superficie totale : 17 ha – parking, zone d’accès et lieux de maintenances compris
• Jardins et paysages : 6 ha
• Espaces aquatiques : 2,5 ha
• Cheminement : 1,5 ha
• Serres et Bâtiments : 1 ha

Les ambiances végétales...

• Arbres exceptionnels (feuillus et conifères) : 367
• Fougères arborescentes, bambous et palmiers exceptionnels : 560
• Arbres et arbustes tropicaux : 5 500
• Rosiers : 510 • Arbres en forme libre : 1 350
• Arbustes de grande taille et plantes de haies : 5 300
• Arbustes : 16 000
• Plantes grimpantes : 520
• Pieds de vignes : 420
• Plantes vivaces et graminées : 16 000 m2
• Plantes de berges et plantes aquatiques : 2 600 m2
• Plantes annuelles et bulbes : 7 500 m2
• Murs végétalisés : 1 700 m2

(Extrait du dossier de presse remanié...)


La visite, mon regard  ...

Le parc s'articule autours de  4 jardins,

photo_213_852

Voici le Végétal apprivoisé :

on peut y observer,

- la grande serre de l'extrême, des glaces de l'Arctique aux déserts les plus arides, comment les plantes survivent,
- un pont entre deux mondes, promenade entre rizières et rhododendrons,
- drôles de ressources, irrigation et géothermie,
- l'orangerie, aménagement de votre jardin,
- les pratiques horticoles, outils magiques du jardinier,
- innover, c'est gagner, course de brouettes,
- les plantes d'exception, balade au milieu des phénomènes de la nature,
- les enjeux de la sélection, l'art de l'hybridation,
- les cabanes suspendues.

CIMG0001

CIMG0002

CIMG0003

CIMG0006

CIMG0010

CIMG0013

CIMG0015

CIMG0020

CIMG0022

CIMG0023

CIMG0026

CIMG0025

CIMG0027

CIMG0029

CIMG0030

CIMG0031

CIMG0032

CIMG0033

CIMG0034

CIMG0035

CIMG0036

CIMG0038

CIMG0043

Mon Avis : C'est le jardin qui m'a le moins plu des quatres, quelques soucis avec l'eau puisée par les éoliennes qui alimente une zone de jeu, celle-ci du coup perd de son charme pour les enfants ; Des plantes trop à portée de la main (notamment les carnivores)  qui ont été abîmées par le public un peu trop curieux ; Un mur végétal qui par endroits a souffert de la sécheresse estivale ; mais bon... Il est quand même à noter que le parc est tout jeune, qu'il ne fera que s'améliorer, la propreté y est exemplaire, et surtout il ne faut pas se décourager, les 3 autres parties sont de pures merveilles !!!


Rendez vous prochainement dans une deuxième partie pour découvrir le Végétal convoité ...


* * * Bisous à toutes et tous, Aile * * *

3318480f2ce625x1000

Posté par A i l e à 08:41 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 13 septembre 2010

Le pic'assiette * * *

Bloc_pic_assiette_deux

Blog_pic_assiette

Bon début de semaine à toutes et tous,
* * * Bises, Aile * * *

Posté par A i l e à 10:34 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,