Des Ailes aux Nuages

* * * * *Effacer le mouton, garder les nuages, ceux qui font rêver, voyager, imaginer, c'est ainsi qu'est naît Des Ailes aux Nuages. Au fil du temps, le grand cahier se remplit pour ne jamais oublier, peut-être m'aimerez-vous comme je vous aime* * * * *

lundi 16 juillet 2012

Raymond Isidore dit Picassiette - Le Jardinier de la Porcelaine - Chartres Eure-et-Loir (28)

Capture d’écran 2012-07-12 à 15

- Raymond Isidore dit Picassiette

(1900-1964) -


 Il est né le 08 Septembre 1900 dans une famille misérable qui compte huit enfants, d'un père alcoolique et violent décédé en hôpital psychiatrique et d'une mère très pieuse qui fait ce qu'elle peut pour ses enfants mais finit par sombrer à son tour peu à peu dans l'alcoolisme.

Frappé de cécité (maladie ou problème psychosomatique ?) dans ses jeunes années Raymond guérit miraculeusement (vers 10 ans) en embrassant le pied du pillier Notre Dame de la Cathédrale de Chartres ;

ndpilier

Après avoir fait son service militaire dans le 3ème régiment d'Artillerie coloniale à Vincennes pour ses classes puis en Allemagne en tant que Canonnier servant ou affecté aux cuisines, il obtient un certificat de bonne conduite.

De retour de l'armée, il fréquente un groupe de "durs" et en prend le style, jusqu'à sa rencontre avec Adrienne Rolland, une lingère, veuve avec trois enfants, de 11 ans son aînée. Il se mariera avec celle-ci en 1924 à la Mairie, puis en 1925 à la Cathédrale, ils s'installent dans un appartement d'un misérable quartier de la basse ville.

 

Capture d’écran 2012-07-16 à 10

- Adrienne Picassiette -

Pendant cette période il est Mouleur, proche des communistes, lit l'huma et se rend aux manifestations,

En 1926, il travaille comme Chauffeur du tramway à vapeur sur la ligne Chartres-Angerville,

En 1928, il achète un premier terrain, qu'il revend sans rien y avoir fait, les raisons ne sont pas connues exactement ...

      Souhaitait-il faire l'achat d'un autre terrain et bénéficier des facilités d'obtention grâce à la nouvelle loi ?

     A-t-il renoncé à cause du terrain d'aviation tout proche dont les avions lui faisaient une peur panique lorsqu'ils passaient au dessus de sa tête ?

     A moins qu'il ne s'agisse des suites de sa mésaventure, alors qu'il débrouissaillait son champ, un orage avait éclaté et la foudre été tombée à ses côtés, après quoi il était parti en courant ?

Le 24 Décembre 1929, il achète un terrain de quelques ares, et commence à construire sa maison, un simple rectangle sans eau ni électricité ;

Le 15 Novembre 1930, Raymond apprend le décès de sa mère, effondré et malgré la présence de sa femme et de ses trois "beaux" enfants, il se dit tout seul ;

En 1931, La famille Isidore s'installe dans la maison ;

En 1931-1932, il achète deux parcelles pour y établir son potager et son verger ; Son caractère dfficile lui joue des tours, il vit de petits boulots, notamment en tant que jardinier ;

En 1933, le tramway est remplacé par des cars, on lui propose une place de conducteur, il refuse de peur d'écraser les gens ;

Au chômage, il tente plusieurs expériences dans le commerce avec ses indemnités mais sans succès,

En Juin 1935, il est travaille au dépôt d'ordures de la ville ;

En 1936, Nommé Cantonnier, il gravit progressivement tous les échelons ;

En 1936-1937, il apprend seul à jouer de l'accordéon et tient une guinguette dans son jardin, sportif il joue au football et crée l'amicale des marcheurs sur Chartres ;

Mais tout cela ne semble pas suffire à Raymond, il est à la recherche d'autre chose, c'est au hasard de ses promenades à travers les champs qu'il aperçoit des petits morceaux de verre, de porcelaine et de vaisselle cassée qu'il amoncèle dans un coin de son jardin ; Puis l'idée lui vient sa maison achevée, en autodidacte il va s'attacher à sa décoration intérieure, et c'est ainsi que murs, objets, sols, tout trouve parure. Son art lui est dicté, selon lui, par des voix célestes, des rêves nocturnes.

Interminablement après ses heures de travail, ou ses périodes de chômage il écume les poubelles et la salle des ventes, où pour quelques pièces dérisoires il emporte ses "trésors" : des chines bleues, des Compagnies des Indes, etc. puis s'attaque aux murs extérieurs ;

De 1940 à 1958, une succession d'embauches et de démissions ponctueront son parcours professionnel, Raymond est reconnu par ses collègues comme un homme simple, doux et consciencieux, sobre et ponctuel, mais l'injustice le révolte et peut se mettre dans d'épouvantables colères ;

En 1939, Il est mobilisé puis réformé (raisons inconnues) ;

Pendant que la guerre fait rage et détruit, Raymond construit, embellit ;

En 1941, Il travaille dans un entrepôt de charbon ;

En Octobre 1945, Il redevient ouvrier à l'équipe de solidarité pour la ville, puis devient machiniste deux ans pour le Théâtre municipal, c'est un calvaire, lui si rougissant vis-à-vis des femmes, est contraint d'aider les comédiennes à se vêtir ou se dévêtir ;

En 1949, Il s'accroche avec le Directeur et se fait renvoyer, il s'en suit une crise où il doit faire un séjour en psychiatrie. Il retravaille pour l'équipe de solidarité et a une violente altercation avec le Directeur des travaux, ce dernier "l'expédie" comme balayeur de cimetière, une injustice pour Raymond qui rêvait d'être jardinier municipal ;

Mais jardinier il le deviendra et il sera seul maître de ses décisions, c'est sur les murs de sa maison qu'il plantera ses fleurs de porcelaine ;

Incompris, moqué, considéré comme un drôlet, on le surnomme Pique-assiette ;

En 1952, Sa maison est terminée, décorée à l'intérieur comme à l'extérieur, il marque une pause, c'est aussi la date d'une première publication sur "Picassiette" ;

C'est en Février 1956, qu'il achète un terrain voisin qui lui permet de doubler sa surface, il poursuit son oeuvre ;

En Janvier 1958, Il démissionne pour raison de santé, laisse libre court à son art ;

Début des années 60, Sa santé se dégrade rapidement, ses forces déclinent, il ne lui reste plus beaucoup de temps avant de passer, il se met à exécuter des fresques plutôt que des mosaïques afin d'accélérer son cheminement au cas où... Il reprend la mosaïque sur certaines fresques quand il a un regain d'énergie, puis arrive la phase ou il n'arrive plus à aboutir dans ses projets ou l'inspiration semble se tarir, Raymond se retrouve désoeuvré, en proie à une profonde détresse ;

En Avril 1960, La Ville souhaite réaliser un vaste projet immobilier social, exproprié il perd son potager, sa maison et son verger sont sauvés de justesse... Son petit verger si tranquille, est à présent encadré de nouveaux voisins peu scrupuleux, il est régulièrement la cible de voleurs ;

En 1962, Les petits revenus encaissés par Adrienne pour la visite de la maison risquent de rendre imposable Raymond Isidore, qui sur un coup de tête décide de jeter le pécul à la mare ;

En mai 1962, Raymond perd la tête, se prend pour le descendant du Christ, une agitation qui passe par des périodes plus sereines, où il admet que sa maison est terminée, que l'esprit s'est tû, qu'il a accompli sa mission, qu'il s'agissait du passe-temps de sa vie ;

En 1963, Les clichés de l'époque montrent un homme très vieilli, triste, édenté et désoeuvré ;

En 1964, Les crises se succèdent, il perd la raison, dans un délire il annonce la fin du monde et affirme que la terre va se diviser en deux ;

Le 05 Septembre 1964, A quelques jours de son anniversaire, il se rend une dernière fois à la Salle des ventes pour y rencontrer le Commissaire priseur, montrant la bande dessinée d'un journal local il s'écrit : "Eux aussi me poursuivent, vous voyez les petits nuages ? çà me représente, tout le monde me poursuit parce que j'ai de l'argent, l'Etre Suprême annonce que c'est la fin du monde, parce que je dis çà tout le monde m'en veut" ;

     Dans l'après-midi un orage éclate, il s'enfuit, désorienté. Tard dans la nuit, il annonce à la tenancière d'un bar que le lendemain il sera mort, qu'il va mourir cette nuit là, seul dans un fossé aux Grands-Près, qu'il ne doit pas mourir chez lui ;

     Puis Raymond Isidore demeure introuvable, jusqu'à ce qu'un couple en voiture l'aperçoive le lendemain en soirée, agonisant sur le bord de la route, la bouche emplie de terre, il est ramené chez lui et y décède au petit matin ;

En Novembre 1979, Sa veuve quitte la maison pour vivre en maison de retraite ;

En Novembre 1981, La Ville de Chartres achète la Maison ;

En Juin 1983, La Maison Picassiette est classée Monument Historique.

e14fb7df

La Maison Picassiette est située sur un petit côteau dominant la route de Chartres en Eure-et-Loir, parmi des pavillons de province. Une maison construite par un seul homme Raymond Isidore, dit Picassiette.

D'architecture naïve, où règnent fresques et mosaïques de faïence et de verre coulées dans le ciment, des réalisations sans dessins préalables, résultat de ses rêves, poussé par sa croyance.


 

"J’ai d’abord construit ma maison pour nous abriter. La maison achevée, je me promenais dans les champs quand je vis par hasard des petits bouts de verre, débris de porcelaine, vaisselle cassée. Je les ramassais sans intention précise, pour leurs couleurs et leur scintillement. J’ai trié le bon, jeté le mauvais. Je les ai amoncelés dans un coin de mon jardin. Alors l’idée me vint d’en faire une mosaïque, pour décorer ma maison. Au début, je n’envisageais qu’une décoration partielle, se limitant aux murs (...) Finalement, j’ai fait ma maison à mon goût, pour être dans mon milieu, ça me semblait tout naturel (...)". - Raymond Isidore -


 

33 ans à bâtir, décorer, seul en dehors de ses journées de travail,

... 29000 heures,

... 4 millions de débris de vaisselle,

... 15 tonnes !

Malgré un succès local tardif, il ne connût sa vie durant qu'incompréhension et moqueries...

e14fb7df

La première Maison,

Capture d’écran 2012-07-12 à 13

- Le fronton d'entrée -

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- La Cuisine -

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Au fond le Mont St Michel -

 

e14fb7df

Capture d’écran 2012-07-12 à 15

e14fb7df

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Le Poële -

même les tuyaux sont décorés !

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- La Chambre à coucher à gauche la machine à coudre d'Adrienne -

La fresque de droite représente une oasis marocaine.

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Le Boudoir Jardin d'hiver -

Autrefois il s'agissait de la chambre des enfants.


 

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- La Chapelle -

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

Chez les Isidore, l'amour des animaux régne, nous les retrouvons souvent dans ses mosaïques, un chien, deux chats recueillis, des oiseaux des alentours étaient nourris, des poules des lapins (qu'ils offraient car ils ne savaient pas les tuer), une oie, une tourterelle qui vivra plus de vingt ans et leur survivra.

 

Capture d’écran 2012-07-16 à 10

Capture d’écran 2012-07-16 à 10

"Les bêtes sont plus intelligentes que nous... Mieux vaut avoir affaire aux animaux qu'aux hommes, çà a plus de reconnaissance" - Raymond Isidore

Capture d’écran 2012-07-16 à 10

Concernant une tourterelle qui s'était laissée attraper par Raymond et qu'il avait offerte à sa femme il disait :

"L'esprit est là ! Ce sont les bêtes qui recueillent l'esprit. Je voudrais qu'il y ait des fleurs partout, partout, des fleurs, des oiseaux, des êtres inoffensifs"

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

Capture d’écran 2012-07-12 à 14


 

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

Capture d’écran 2012-07-12 à 14


 

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Le Trône du balayeur -

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Le Tombeau noir -


 

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Le couple Isidore (Adrienne et Raymond Edouard)

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Chartres -

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Landru -


Le Jardin aux statues

Capture d’écran 2012-07-14 à 19

- Pasteur et l'oiseau -

"Mon jardin c'est le Rêve réalisé, le rêve de la vie où l'on vit en esprit dans l'éternité" - Raymond Isidore

Capture d’écran 2012-07-12 à 14

- Le mur de Jérusalem et le Trône de l'Esprit du Ciel -

 

e14fb7df

Capture d’écran 2012-07-12 à 15

- Un Portrait de Raymond et Adrienne,

immortalisés par Robert Doisneau en 1953 -

 

e14fb7df

"Comme ma femme aime bien les fleurs, pour lui faire plaisir, pour ne pas la contrarier, j'ai dû mettre des fleurs dans mon jardin" - Raymond Isidore -

e14fb7df

"Je pense trop. Je pense, la nuit, aux autres, qui sont malheureux. çà m'empêche quelquefois d'être heureux. Je voudrais leur expliquer. L'esprit m'a dicté ce que je devais faire pour embellir la vie. Beaucoup de gens pourraient en faire autant, mais non : Ils n'osent pas. Moi, j'ai pris mes mains et elles m'ont rendu heureux. Je voudrais être un exemple. Nous sommes dans un siècle pas bien... Il faut revenir aux sources. Il faut, oui, mettre des fleurs sur les vivants...Quand on voit pleurer les gens dans un cimetière, on pleure aussi ! Je voudrais qu'en partant (d'ici) les gens aient envie de vivre aussi parmi les fleurs et dans la beauté. Je cherche une voie, pour que les hommes sortent de la misère...". - Raymond Isidore -

Capture d’écran 2012-07-12 à 13

- Repos avec vue sur la Cathédrale -

"Je suis comme quelqu'un qui est caché, qu'on a caché. Je dois sortir, me sauver de la mort pour rejoindre mon esprit. D'après moi on ne meurt pas, le corps se désagrège, mais l'esprit vit toujours" - Raymond Isidore -

e14fb7df

"Je suis dans la mort puisqu'on m'a mis balayeur dans un cimetière comme quelqu'un qu'on rejette parmi les morts...". Raymond Isidore, Balayeur au Cimetière de la Ville de Chartres.

 

Capture d’écran 2012-07-16 à 08

L'Artiste Chomo disait : "Une seule porte de sortie, le rêve..."

comme lui il avait osé ne pas s'arrêter aux limites imposées par la société et la collectivité ambiante quitte à le payer très cher par la solitude et l'isolement.


Source photos Internet mondial, sauf la Cathédrale.


Livre conseillé : Picassiette, "Le Jardin d'Assiettes" de Paul Fucks Editions Ides et Calendes, Raymond Isidore s'étant peu confié, une approche psychologique tente de le découvrir.

*

Points Négatifs : Je déplore l'ambiance hyper surveillée que l'on rencontre sur place au point d'avoir peur de sortir un mouchoir de son sac, l'interdiction de prendre la moindre photo alors que ce jour là il était même impossible d'emporter un dépliant ou un livre (rupture de stock) incompréhensible en début de saison, un mini musée (peut-être plus micro d'ailleurs) sombre et triste, j'ai dû m'informer par moi-même par internet ou avec le livre cité ci-dessus ...

Des ordres prodigués par la Ville, qui en est devenue propriétaire, des ordres que Picassiette, l'insoumis, avait toujours réprouvés pendant ses années de labeur, et qui finalement poursuivent ceux qui s'intéressent à son oeuvre.

*

Quelques phrases empruntées à Raymond Isidore piochée sur le livre Jardin d'Assiette :

En 1954, "N'hésitez pas à m'envoyer des touristes. Picassiette les recevra toujours avec plaisir",

En 1955, "Je suis toujours d'accord si l'on veut faire des photos et je réponds à toutes les questions qu'on me pose. Je dis toujours : Revenez me voir".

Puis l'Artiste, démuni d'inspiration, en grande souffrance mentale, devient sauvage se met à fuir les visiteurs, laissant le soin à son épouse (Maman Picassiette) d'organiser les visites...

*

Un film serait en projet depuis 2009, mais aurait été repoussé à 2013, faute d'avoir trouvé l'acteur tête d'affiche (pour ma part j'aurais bien vu Lorànt deutsch qui je trouve lui ressemble beaucoup, voir photos ci-dessous).

 

Capture d’écran 2012-07-24 à 17

Capture d’écran 2012-07-24 à 17

*

Mon Avis : Un endroit incroyable où l'émotion et les messages interpellent ceux qui désirent voir au delà de l'homme.


 

papillon

* * * * * Belle journée à toutes et tous, bisous, Aile * * * * *


Je vous laisse avec une chanson d'un artiste que j'adore et qui me vient en tête après ce message "Hello alone" de Charlie Winston

Posté par A i l e à 06:49 - Musées Insolites - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 12 juillet 2012

Sancerre - Cher (18)

Capture d’écran 2012-07-06 à 22

Sancerre se situe dans le Département du Cher à une quarantaine de kilomètres de Bourges, sur une montagne dominant son vignoble et la Loire.

Capture d’écran 2012-07-07 à 07

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Sancerre, 1000 ans d'histoire,

Depuis les temps les plus reculés, la colline rocheuse de Sancerre sert de refuge aux populations lors des désordres de la nature et les invasions barbares.

Sacrum Coesaris ou Sacrum Cereris, oppidum gaulois, camp romain ou cité gallo-romaine, rien ne l'atteste.

Au milieu du XIIème siècle, un Château et une Cité fortifiée sont édifiés par Etienne 1er de Sancerre, celui-ci développera la culture de la vigne et fera battre la monnaie.

 

P01_00803161

 

En 1380, un de ses descendants Jean III de Sancerre fait construire le donjon (la Tour des fiefs) du château féodal qui comprenait à cette époque six tours.

Capture d’écran 2012-07-07 à 07

Jusqu'au début du XVIIème siècle, Sancerre joue un rôle dans l'histoire en raison de sa position stratégique.

Pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution, le Comté est la propriété de grandes familles du Royaume de France.

Capture d’écran 2012-07-07 à 07

Capture d’écran 2012-07-08 à 18

Capture d’écran 2012-07-10 à 07

Capture d’écran 2012-07-08 à 18

- En attente de l'embouteillage -

Capture d’écran 2012-07-10 à 07

Capture d’écran 2012-07-10 à 07

Capture d’écran 2012-07-07 à 07

- Tour St Jean ou Beffroi de Sancerre -

1480, Louis XI ordonne la création d'un échevinage en nommant un Maire, six échevins et six bourgeois-conseillers, ils se réunissent à l'étage de la Tour St Jean.

Le Grand siège,

En 1573, un an après le massacre de la Saint Bathélémy, le Roi de France Charles IX irrité par la rébellion des protestants décide d'assiéger les villes révoltées. Parmi elles, seules la Rochelle et Sancerre résistent durablement.

Sancerre ayant refusé de "faire cesser les prêches" et de recevoir une garnison royale, le Roi diligente une armée de 7000 hommes conduite par le Méréchal de la Châtre, Gouverneur du Berry.

En Janvier 1573, le siège est mis devant la ville. Les catholiques, au lieu de fuir, se joignent aux protestants. Le siège est effroyable : La ville reçoit 5915 coups de canon. La famine terrasse 500 villageois, on mange le cuir des souliers, des pains de paille et d'ardoises pilées.

Le 19 août 1573 la ville capitule après 220 jours de siège. Début des représailles royales : les murailles sont détruites, les portes de la ville brûlées, la cloche du Beffroi confisquée, une amende de 40 000 livres est exigée.

Le 12 Septembre 1573, quittant sa demeure de la rue des 3 portes, André Jouhanneau, échevin et gouverneur militaire de la ville est assassiné et son corps jeté dans le puits de la Halle.

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

- Notre Dame de Sancerre -

En 1789, Vincent Poupard, Curé de Sancerre, est élu député du clergé pour les Etats généraux de 1789 de Versailles. Pendant la Révolution Française, Sancerre est le site d'une rébellion royaliste menée par Antoine le Picard de Phélippeaux, « la Petite Vendée Sancerroise ».

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

- La Maison Jacques Coeur (XVème s) -

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Jacques-Coeur---1c

Jacques Coeur (1395-1456), commerçant français et grand argentier de Charles VII, a vécu un temps à Sancerre. Sa maison, confisquée lors de sa disgrâce et condamnation à mort, est restituée à son fils en 1463. Conservée aujourd'hui, elle a subi beaucoup de transformations au cours des siècles car elle fut, tour à tour, boutique de drapier, boulangerie jusqu'au XXème Siècle, est peut-être la plus ancienne maison de la ville. Elle pourrait avoir été construite par Jean III, Comte de Sancerre au XVème Siècle ou par sa fille. La rue du Carroir de Velours, à proximité, tire son nom de la présence entre le XVème et le XVIIIème Siècle de nombreux marchands d'étoffes. Une légende dit qu'un souterrain partirait de la maison jusqu'à Bourges...

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

- L'hôtel de la Thaumassière XVème Siècle -

(ci-dessous détails de ses sculptures)

Il appartenait à César de la Thaumassière, Médecin de Henri II de Bourbon, son fils Gaspard (Historien du Berry) y est né.

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

- La Tour des fiefs -

d'une hauteur de 40 mètres et 195 marches, dernier vestige du Château féodal

*

En 1621, le démantèlement du Château est ordonné par le gouverneur du Berry, à la suite d'un ultime soulèvement contre le pouvoir royal. Les fortifications sont rasées, il ne reste que les tours du château.

En 1789, Vincent Poupard, Curé de Sancerre, est élu député du clergé pour les Etats généraux de 1789 de Versailles. Pendant la Révolution Française, Sancerre est le site d'une rébellion royaliste menée par Antoine le Picard de Phélippeaux, « la Petite Vendée Sancerroise ».

Avant 1880, Sancerre, dispose d'un tribunal de première instance, d'un collège et d'une société d'agriculture. Le commerce de chanvre, de grains, de noix, de laine et bestiaux la caractérise, en plus de son vignoble producteur de vins rouges et blancs.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Sancerre a été un centre de commandement régional pour la Résistance intérieure française. En août 1944, lors de l’«Opération Spencer», Sancerre était positionnée sur l'aile droite. Cette offensive alliée visait à empêcher les Allemands de traverser la Loire entre Gien et Nevers et renforcer les troupes en Bretagne. Les Forces Françaises libres y ont fait sauter le pont de Saint-Thibaut.

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11

Capture d’écran 2012-07-10 à 11


Photos persos, Textes rédigés avec l'aide de Wikipédia et des plaquettes locales.


* * * * * Bisous, Aile * * * * *

 

1v1ysmrl

 

Posté par A i l e à 06:40 - Châteaux d'ailleurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 5 juillet 2012

Jean Linard "La Cathédrale" - L'oeuvre d'une vie Présentation en 100 photos - Neuville deux clochers - Cher (18)

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Jean Robert Linard (1931 - 2010)

Céramiste, Sculpteur, Peintre, Bâtisseur français.


Biographie :

Après avoir étudié à l’Ecole Estienne, de 1945 à 1949, il exerce le métier de graveur dans des imprimeries parisiennes.

1953, il épouse Andrée Thumerelle, puis divorce en 1962,

Depuis son adolescence, il s’intéresse à la terre et va régulièrement visiter les artisans et artistes du village de La Borne, Centre de poterie depuis cinq siècles.

1959, il s’y installe comme Potier avec la céramiste Anne Kjaersgaard,

1961, il achète une ancienne carrière de silex à Neuville deux Clochers, pour s'y établir.


Capture d’écran 2012-07-02 à 21

Capture d’écran 2012-07-02 à 21

Capture d’écran 2012-07-02 à 21

Capture d’écran 2012-07-02 à 21

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-03 à 13

1973, il épouse Anne et divorce en 1973, il construit une grande partie de la maison d’habitation et des ateliers, utilisant presque uniquement des matériaux de récupération : poutres, chevrons, huisseries, tuiles, pierres issus de démolitions, briques de four de potier.

1974, il épouse Anne-Marie, qui sera sa compagne jusqu’à sa mort.

Il fut le père de huit enfants.

Capture d’écran 2012-07-03 à 13

Il crée des bols, des assiettes, des coupes aux émaux clairs et lumineux, allant du crème, au rose et jusqu’au noir en passant par de tendres bleus et céladons; dès les années soixante, il sculpte avec la terre ses premiers personnages tels «la vierge et l’enfant», la «pin-up», ses premiers oiseaux et machine à écrire.

Capture d’écran 2012-07-03 à 13

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

- Sculpture aux grands yeux de poupée -

Capture d’écran 2012-07-03 à 13

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

Capture d’écran 2012-07-05 à 07

Capture d’écran 2012-07-04 à 08

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

En 1974, il crée son premier chat en grès (inspiré par Moustique, le chat de la maison) et va peu à peu enrichir son œuvre de toute une variété d’animaux aux regards étonnamment humains et aux drôles de « tronches » tour à tour étonnées, espiègles, rêveuses ou malicieuses. Des oiseaux, des chats, des vaches, des chouettes et des éléphants viendront enrichir une production artistique toujours renouvelée, toujours surprenante. Des anges un peu démons, des monstres moins effrayants que drôles et des buissons de roses d’où émergent des visages témoignent de cette inventivité inépuisable.

Capture d’écran 2012-07-03 à 13

Capture d’écran 2012-07-03 à 13

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Tout au long de sa vie, il célèbrera ainsi chats, oiseaux, chouettes, vaches et éléphants, anges et monstres, évoluant sans cesse dans la forme et le choix des matériaux ; les premiers seront en grès puis viendra le raku, le fer et la mosaïque en passant par le ciment. Parmi les créations de ses dix dernières années, certaines seront monumentales tels ses grands personnages de 2-3 m de haut en fer et mosaïque qu’il appellera « Les Gardiens du temple ».

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

- Au centre "L'esprit du vent" -

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

Quant à son œuvre picturale, elle est faite de paysages du Berry, de marines, de portraits, de bouquets de fleurs et de peintures abstraites.

Bâtisseur infatigable, il remodèlera sa maison, créant de nouvelles pièces, transformant et refaisant les toitures qu’il agrémentera de tuiles de couleur et de tuiles-personnages de sa fabrication, décorant les cheminées, le tour des portes et des fenêtres de mosaïques aux couleurs éclatantes.

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

- Personnages sur les tuiles, aux cheveux de jujubes

comme si le propriétaire était encore là -

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

En 1981, il construit la «Tour Rocard» et tout un espace attenant, avec les briques d’un ancien four qui appartenait au scientifique Yves Rocard (Père de Michel) amateur des créations de Jean Linard.

Capture d’écran 2012-07-04 à 19

Capture d’écran 2012-07-04 à 09


Capture d’écran 2012-07-03 à 13

 

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-03 à 16

Capture d’écran 2012-07-03 à 15


 

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Le batistère :

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-03 à 16

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-03 à 16

Capture d’écran 2012-07-03 à 16

Capture d’écran 2012-07-04 à 08

En 1984, il commence ce qu’il a d’abord appelé une chapelle, puis une église et qui deviendra "La Cathédrale". Il y consacrera une grande partie de ses 26 dernières années. Il disait d’elle que c’était « la cathédrale la plus haute du monde puisque c’est le ciel qui en est le toit ». C’est une œuvre majeure, représentative de l'art brut, et les réactions qu’elle suscite, tant positives que négatives (souvent très tranchées, dans les deux sens), relèvent de ce contexte artistique.

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

La Cathédrale

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

- L'hôtel de la Cathédrale, plusieurs mariages y ont été célébrés -

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

Capture d’écran 2012-07-04 à 08

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-04 à 08

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-04 à 08

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

De triangle en triangle, accompagnés par la musique de ses « planètes-musiciennes » dont le vent règle la mélodie.

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Le visiteur découvre gravés sur la mosaïque les noms de ses enfants et petits enfants, Jésus, Méhomet, Bouddah, Baha'u'llah, Gandhi, Martin Luther King, Soeur Emmanuelle, Mère Thérèsa, Picassiette, Gaudi, Picasso et autres personnages que Jean Linard affectionnait particulièrement.

Capture d’écran 2012-07-03 à 15

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

- Mosaïque pour Soeur Emmanuelle -

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

- Mosaïque pour Martin Luther King -

Capture d’écran 2012-07-03 à 23

- Mosaïque pour le Facteur Cheval -

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

- Un trône sous haute protection -

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Tout au fond de l’ancienne carrière, en s’asseyant sur son théâtre-gradins, témoin de nombreux spectacles de tout genre (Théâtre, Musique, Récital de chansons et même un Défilé de mode), les visiteurs apprécient la paix et la sérénité du lieu.

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

Capture d’écran 2012-07-03 à 20

Proche de la nature, jardinier à ses heures, sa création est parfaitement intégrée au bois où se trouve sa maison. Un dialogue s’instaure entre l’œuvre et la nature, permettant à ces éléments de se valoriser l’un l’autre.

Capture d’écran 2012-07-04 à 00

- Mon mari ravi de sa visite, bien installé dans un siège de mosaïque -


 Hommage à la Sagrada Familla de Gaudi, mais également au Palais Idéal du Facteur Cheval et à la Maison Picassiette de Raymond Isidore, respectivement classés, la Cathédrale de Jean Linard est un important témoignage d’architecture insolite en France.


Capture d’écran 2012-07-04 à 09- Un gardien gisant au sol, après un hiver rigoureux, reprendra-t-il un jour son applomb ? -

 *

Capture d’écran 2012-07-04 à 20

- La tombe de Jean Linard, au coeur de sa forêt, sans la date de son départ,

on ne meurt finalement jamais complètement -

*

Jean Linard souffrant d'un cancer s'éteint en 2010 ; Sa famille consciente de ne pouvoir entretenir les lieux, décide de mettre en vente la propriété.

Capture d’écran 2012-07-02 à 21

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

En 2012, une pétition pour la sauvegarde des lieux est signée par 43 spécialistes de l'art brut et singulier puis envoyée à Frédéric Mitterrand, alors Ministre de la Culture et de la Communication ; Mi février, la pétition est validée à la Séance Plénière de la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites.

27 Mars 2012, la Cathédrale est en voie d'inscription à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Frédéric Mitterrand a défini ainsi l’œuvre de Jean Linard : « C’est une œuvre de l’esprit, là où nous sommes, et c’est tout à fait extraordinaire et j’espère bien que ce lieu pourra être préservé et pourra être visité par de nombreux promeneurs et de nombreux visiteurs étrangers car c’est un endroit extraordinaire. »

Capture d’écran 2012-07-04 à 09

- Au revoir Jean Linard -


 

(Photos persos, texte rédigé avec l'aide Wikipédia)


L'Artiste était passé en 2004 chez Mirelle Dumas "Vie Privée, Vie Publique", une rencontre pleine de d'humour :

 


Mon avis : Une très belle promenade dans cette forêt enchantée, que je recommande volontiers.

Une oeuvre colossale joyeuse et colorée ; La réalisation d'un fou diront certains... Non celle d'un homme simple et persévérant qui rêvait d'un monde d'amour et de paix entre les hommes.

Espérons qu'un accord sera trouvé pour la vente et le devenir du domaine (notamment veiller à son entretien/restauration), c'est ce que Jean Linard aurait certainement voulu "Quelle connerie la guerre" écrivait-il sur une de ses mosaïques...


 

Capture d’écran 2012-06-18 à 19

* * * Bises Aile * * *


En savoir plus ...

En 2014, un web-documentaire, crée par la Région Centre, dédié à Jean Linard a vu le jour :

(cliquez sur l'image ci-dessous pour le découvrir)

Capture d’écran 2015-06-18 à 21

En savoir plus sur les techniques employées :

(Cliquez sur le drone)

DJI-Small

 

Voir cette oeuvre du ciel… Quelle belle idée, comme si nous pouvions l’apprécier comme Jean Linard pourrait l'admirer d’où il est, pas de toit pour le ciel, pas de toit sur sa terre...

Je dis BRAVO !

(Merci à Virginie Muller pour son message) 18/06/2015

Posté par A i l e à 07:04 - Musées Insolites - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 4 juillet 2012

Classée Top blog touristique Juillet 2012 - Merci Canalblog ! * * *

L'exil de sa région natale n'est pas toujours facile à supporter ;

Reconstruire ailleurs, se faire d'autres connaissances, apprivoiser l'environnement, est une chose ...

Faire partager ses ressentis, mettre une image sur des paroles quand les kilomètres nous séparent de ceux que nous aimons en est une autre ;

C'est un peu ce que je voulais en construisant régulièrement des Sites (Le Ciel de l'Ange) ou des blogs, j'avais commencé avec un mouton qui se moquait d'une fermière, un clin d'oeil à notre longère tourangelle de l'époque cela s'appelait "Un Ascenseur pour un nuage", j'y racontais mille et une gaffes et fariboles, histoire de cacher la grande tristesse qui m'avait envahie alors loin des miens, j'obtenais un certains succès, mais ce n'était pas moi. Et puis j'ai regardé vers le haut j'ai effacé le mouton et j'ai gardé les nuages, ceux qui font rêver, voyager, imaginer, c'est ainsi qu'est naît "Des Ailes aux Nuages" ...

Me passionner de terroir, rechercher les contacts humains, admirer le savoir-faire, m'enchanter devant des  paysages, m'émouvoir par la vieille pierre et son histoire, regarder grandir mon fils tout en tenant la main de mon mari avec mon petit lapin Calin qui se fait mouton-clown à ses heures, c'est une partie de ma vie.

Au fil du temps, le grand cahier se remplit pour partager, "publiciter" et ne jamais oublier, peut-être m'aimerez-vous comme je vous aime ...


Capture d’écran 2012-07-03 à 09

fee-rose-4-gif

Je veux aussi partager cette petite fierté avec mes Amis de longtemps Patriarch et sa douce Liane, qui m'ont toujours écrit même quand je n'avais rien à dire.

Capture d’écran 2012-07-03 à 09


* * * Bisous, Aile * * *

Posté par A i l e à 06:20 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 3 juillet 2012

Les Fraises c'est magique !

magie

"Ah la Sologne et ses bonnes fraises ...

hop hop hop, dans mon bidon, c'est magique non ? "


9dbe81f4

Posté par A i l e à 07:13 - Mon Lapin Calin - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 1 juillet 2012

La Fontaine des Amoureux - Jardin Beaune-Semblançay - Tours - Indre et Loire (37)


Capture d’écran 2012-06-28 à 09

Un peu à l'écart du grondement de la ville, la Fontaine des Amoureux trône au milieu de la Place du Jardin Beaune-Semblançay, sous les fenêtres du plus grand hôtel renaissance de Tours (1518), dont il ne subsiste que la majestueuse façade suite aux bombardements de la dernière guerre.

Capture d’écran 2012-06-28 à 09

 

Capture d’écran 2012-06-28 à 09


 

ivr24_75373218x_p

- La façade de l'hôtel particulier avant sa restauration -


 

Capture d’écran 2012-06-28 à 09


Avis : Une bel endroit très romantique.

Un peu déçue néanmoins que cette belle légende ne soit pas tirée de la croyance populaire tourangelle, mais de l'imagination de l'artiste Cécile Pitois qui a conçu les coussins en 2005, coussins et plaque qui manifestement servent de "décrottoirs" à des visiteurs peu scrupuleux.


Je vous laisse avec la belle Birdy ...

o07rhqw5

Posté par A i l e à 07:19 - Douce Touraine - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 28 juin 2012

Preuilly sur Claise - Indre et Loire (37)

 Preuilly sur Claise est une jolie commune située en Indre et Loire, entre la Touraine, le Berry et le Poitou, du côteau elle domine  la vallée de la Claise.

La ville s’étage entre la Claise et le bord du plateau calcaire qui s’étend presque jusqu’à Loche, elle garde en ses terres de nombreux vestiges Paléolithiques et Néolithiques.

Capture d’écran 2012-06-19 à 20


Capture d’écran 2012-06-19 à 20

- L'Abbatiale St Pierre -

Elle faisait partie de l'ancienne abbatiale bénédictine fondée juste avant l'an 1000 ; Deux influences architecturales se mêlent, poitevine et tourangelle. Elle a été restaurée et remaniée au XIXème Siècle. Son toit aux tuiles vernies font penser à ceux de la Bourgogne.

 

Capture d’écran 2012-06-19 à 20

Capture d’écran 2012-06-19 à 20

Capture d’écran 2012-06-19 à 20


 

Capture d’écran 2012-06-19 à 21


 

Capture d’écran 2012-06-19 à 20

Capture d’écran 2012-06-19 à 20

Capture d’écran 2012-06-19 à 20


Sur les hauteurs, le Château du Lion,

930 le Vicomte Atton, premier seigneur connu, y construit un château en bois appelé Château du Lion ;

1116, il est intégralement détruit par Foulques II d'Anjou ;

1130, Le Château est reconstruit vers 1130 par Pierre de Montrabel ;

XIV eme siècle, la forteresse soutient plusieurs sièges contre les Anglais, qui finissent par s'en emparer et le démanteler ;

Vers 1422,  Pierre Frotier, premier Baron de Preuilly et époux de Marguerite de Preuilly, restaure le Château à grands frais et en profite pour l'agrandir et le fortifier. Charles VII lui confie l'éducation de sa fille Jeanne, eue de ses amours avec Agnès Sorel. Les successeurs de la famille Frotier seront : Les Gaucourt, les d'Amboise, les de la Rochefoucault, César de Vendôme, les Chasteigner de la Rocheposay, les de Crevant d'Humières, les de Gallifet et les de Breteuil.

1369, Du Guesclin et Jean de Bueil rendent le Château à son propriétaire légitime, Eschivart VI ;

Début XVII, César de Vendôme termine les réparations ;

1700, Les Barons abandonnent le Château et s'établissent  à Azay-le-Ferron ; Le nouveau propriétaire est Nicolas le Tonenelier de Breteuil ;

1761, L'ancienne forteresse est reléguée à l'état de grange ;

XIX, Le Château n'est plus qu'un entrepôt de matériaux de construction... En effet son propriétaire Nicolas le Jeune en 1803, le démantèle pour en vendre pierres et poutres ;

1816, Le Maire d'alors détruit le pont-levis et se sert du comblement des douves pour permettre la construction de la nouvelle route de Tours ;

XXème, La famille Cartier procède à la restauration des lieux, sans trop se soucier du style, le principal sauver le Château ;

1966, Lea propriété est cédée à une société archéologique est devient musée (Le Musée de la Poterne).

Capture d’écran 2012-06-19 à 21

- Le Château du Lion -

Capture d’écran 2012-06-19 à 21


 

Capture d’écran 2012-06-19 à 21

- L'hôtel de la Rallière -

Construit au XVIIème Siècle par Samuel Gaudon, protestant natif de Preuilly, qui a fait fortune en exerçant la très lucrative fonction de Fermier aux entrées de Paris. Celui-ci est embastillé le 26 janvier 1649, par la force des choses les travaux sont interrompus ;

Au cours du XVIIIe siècle, les travaux se poursuivent, rattachés au domaine de Preuilly et d’Azay-le-Ferron.

Pendant la Révolution, les combles sont utilisés comme prison pour y détenir des soldats vendéens.

Début du XIXe siècle M. Dauphin en fait l'acquisition ;

1853, le propriétaire en fait don à la Commune afin d'y établir un Hospice et un lieu d’enseignement pour jeunes filles.

1992, est la date de sa désaffection.


Capture d’écran 2012-06-19 à 21


1398bd39

* * * A bientôt, Aile * * *


Besoin d'une Chambre d'hôte à Preuilly sur Claise ? Cliquez sur la photo...

Capture d’écran 2013-09-23 à 06

"Le Relais des Pêcheurs" - Preuilly sur Claise

Posté par A i l e à 07:49 - Douce Touraine - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 25 juin 2012

Grandes familles

Capture d’écran 2012-06-19 à 14

Capture d’écran 2012-06-19 à 14


oiseaux-chanteur* * * Bisous, Aile * * *

Posté par A i l e à 06:37 - Scènes de rue - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 24 juin 2012

Gare aux saucisses !

Capture d’écran 2012-06-22 à 20

Pendant que le barbecue ronronne...

Capture d’écran 2012-06-22 à 20

Un bon petit diable guette ...

Capture d’écran 2012-06-22 à 20


Capture d’écran 2012-06-22 à 20


* * * Bisous, Aile * * *

tumblr_lnd8kz7jet1qzhl9eo1_r1_500

(Photo noir et blanc Willy Ronis)

Posté par A i l e à 07:17 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 22 juin 2012

Une voiture pas comme les autres,

Capture d’écran 2012-06-11 à 16

"De ville en village
Sans plier bagage
Sans donner congé, on déménage
Notre maisonnette
Montée sur roulettes
C'est notre château
Et notre auto"

- Extrait des paroles d'Alibert (cliquez sur l'affiche pour écouter) -

pf_alibert_dans_notre_roulotte_pgc


* * * Bisous, Aile * * *

Posté par A i l e à 07:05 - Natur'Aile - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,